Mise au point relative à un article de presse

Publish date:

A la suite de la série d’articles parus dans l’édition du Monde datée du 3 juillet 2022, le groupe Capgemini regrette la présentation particulièrement biaisée de ses activités et les nombreuses erreurs factuelles qu’ils contiennent. Elle ne reflète ni la réalité, ni notre engagement, ni l’implication de nos équipes à servir nos clients avec éthique, exemplarité et efficacité.

Le groupe Capgemini tient à faire les mises au point suivantes :

Sur le poids du secteur public français dans notre activité et le poids de Capgemini dans les dépenses de l’Etat

Comme tous les acteurs de notre secteur, nous mettons notre expertise au service de la puissance publique, en France et à l’international.

Les faits évoqués dans les articles entretiennent la confusion entre missions actuelles et passées exercées pour le secteur public français, dont certaines remontent à 10 ans. Le volume des activités de conseil du groupe Capgemini dans le secteur public est très significativement inférieur aux chiffres évoqués dans l’article du Monde. Les chiffres exacts sont connus et documentés par la commission d’enquête sénatoriale.

Comme l’a établi clairement le Rapport du Sénat, en matière d’activité de conseil Capgemini est loin d’être le premier cabinet auquel l’Etat fait appel. Ainsi, contrairement à ce qu’affirme l’article du Monde, et comme l’a montré le Sénat, Capgemini n’est que le 3ème acteur du marché du conseil aux Ministères, dont il représente seulement 5% des dépenses en conseil.

La part du secteur public dans le marché au niveau mondial est de 18%[1]. La part du secteur public dans le chiffre d’affaires du Groupe est de 14%, que ce soit au niveau mondial ou en France. Par ailleurs, comme l’ont relevé les Sénateurs dans leur rapport, de manière générale les autres pays font d’avantage appel aux prestataires externes en matière de conseil.

Capgemini aide ses clients à concevoir et construire le futur de leurs organisations. Nous leur faisons bénéficier du savoir et des solutions développées dans d’autres secteurs d’activité.

Sur nos missions

Les marchés publics auxquels nous participons sont attribués à la suite d’appels d’offres, conformément à la réglementation. Nous respectons scrupuleusement les critères de ces appels d’offres, les règles garantissant l’absence de conflits d’intérêts ainsi que les protocoles de sécurité, de confidentialité et de traitement des données que nos clients nous imposent.

Nous exerçons chacune de nos missions dans le cadre strict défini par nos clients, qui pour chacune de ces missions sont les donneurs d’ordre et les décisionnaires en tous points.

Précisions relatives à la mission réalisée pour la Direction générale des Douanes et Droits indirects (DGDDI)

  • L’ensemble des missions réalisées pour la DGDDI se déroule dans le cadre des règles contractuelles définies par la DGDDI et déclinées dans le cadre d’un plan d’assurance sécurité.
  • Nous n’avons accès à aucune donnée classifiée et a fortiori « hypersensible ».
  • Les conditions d’accès aux données sont celles qui ont été définies par notre client, et sous sa responsabilité dans le strict respect de la législation applicable et du cadre contractuel, tel qu’il a été renouvelé en 2017. Il conduit parfois à l’extraction d’échantillons de données anonymisées dans des environnements de travail spécifiques, définis par la DGDDI.
  • Les postes de travail sont uniquement accédés dans les conditions de sécurité définies par la DGDDI. Des contrôles sont réalisés avant la manipulation de chaque jeu de données. Et toute utilisation des données est retracée et auditable.

Précisions relatives aux missions réalisées pour l’agence nationale de l’habitat (ANAH) 

  • Nous sommes particulièrement fiers d’avoir accompagné les transformations de l’ANAH et de son système d’information pour réussir la mise en œuvre de ce programme. Les sondages montrent que ce programme rencontre une très grande satisfaction des citoyens (89% de taux de satisfaction dans une enquête IPSOS en janvier 2022). La Cour des comptes a considéré ce programme comme exemplaire dans l’audit flash du 30/9/21 qui tire le bilan des 18 premiers mois du dispositif. Le Monde choisit d’évoquer une « multiplication des bugs » mais s’abstient de faire référence au rapport de la Cour des Comptes.
  • Notre mission consiste notamment à accompagner les directions métier de l’ANAH pour formaliser les processus de traitement de MaPrimeRenov’ et à favoriser l’évolution du système de gestion de l’aide, dans le cadre d’un dispositif agile qui a permis une évolution très rapide des fonctionnalités de ce système d’information. A aucun moment nous n’avons pris et ne prenons de position d’intérim.
  • Notre mission a permis d’accompagner la création, dans un délai court, d’un dispositif de gestion d’une prestation publique dont les coûts de gestion sont inférieurs à 3% du montant des aides reçues, soit un ratio nettement meilleur que celui habituellement enregistré au sein des organismes de protection sociale. La mission s’est inscrite dans une logique d’engagement au résultat pour l’agence. Elle a été décisive pour tenir le calendrier particulièrement soutenu du projet.

 Sur le groupe Capgemini

En France, Capgemini emploie près de 39 000 salariés qui tous les jours, sur le terrain, déploient leur expertise au service de nos clients. Nous sommes le premier recruteur français d’ingénieurs et de cadres et recrutons massivement des jeunes, avec un recours particulier à l’apprentissage (plus de 7000 recrutements en CDI en France en 2021, dont 40% de jeunes, et un objectif de 9000 CDI, 1000 alternants et 1000 stagiaires en 2022).

Le groupe Capgemini a été reconnu pour la dixième année consécutive en février 2022 par Ethisphere[2] comme l’une des « compagnies les plus éthiques de la planète en 2022 » (2022 World’s Most Ethical Companies). Ce label n’est décerné qu’à 136 sociétés au niveau mondial.

[1] Source : Gartner

[2]  L’Institut Ethisphere® est le leader mondial de la définition et de la promotion des normes de pratiques d’entreprise éthiques