Passer au contenu

Index 2021 de l’égalité professionnelle de l’UES Capgemini en France

L’UES Capgemini s’est toujours engagée en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Cette ambition s’est notamment concrétisée par la signature avec les organisations syndicales en 2011, puis en 2015, en 2018 et en 2021 de quatre accords successifs dédiés à cette question de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes mais aussi la parentalité, l’équilibre des temps et plus récemment, la mobilité durable au sein de l’UES.

Ces accords ont notamment poursuivi l’objectif de suppression des écarts salariaux entre les femmes et les hommes. Ces écarts sont calculés en application de la méthode arrêtée avec l’aide de l’expert-comptable du Comité Social et Economique Central et donne lieu chaque année à l’établissement d’un rapport spécifique.

Depuis le 1er janvier 2021, l’UES Capgemini et les organisations syndicales ont étendu l’application de la méthode susvisée aux écarts salariaux existant entre les hommes et les femmes.

Par ailleurs, conformément aux dispositions de la loi « Avenir professionnel » du 5 Septembre 2018, l’UES Capgemini a établi son Index dédié à l’égalité professionnelle.

Au titre de l’année 2021, l’index égalité professionnelle de l’UES Capgemini fait apparaître un score de 93 points / 100.

IndicateursScore obtenuScore maximum
Ecart de rémunération femmes-hommes entre les femmes-hommes, à poste et à âge comparables38 points40 points
Ecart de taux d’augmentation individuelle, hors promotion20 points20 points
Ecart de taux de promotion15 points15 points
Pourcentage de salariées augmentées à leur retour de congé de maternité15 points15 points
Nombre de salariés du sexe sous-représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations5 points10 points

D’une manière plus précise, le calcul du premier indicateur, calculé au sein de chaque catégorie socio-professionnelle (Ouvriers / Employés / Techniciens et agents de maîtrise/ Ingénieurs et cadres) fait apparaître un écart de rémunération de 1,11% en faveur des hommes en 2021.

Ce résultat est le fruit du travail réalisé depuis 2011 avec les organisations syndicales dans le domaine de l’égalité professionnelle et qui porte sur l’ensemble des salariés des sociétés de l’UES Capgemini en France.

Au global, cet Index démontre la force de l’engagement de l’UES Capgemini dans le domaine de l’égalité professionnelle et illustre l’efficacité des actions menées. Le résultat de cet index accroit notre détermination et notre volonté d’aboutir à la suppression des écarts salariaux et d’améliorer encore notre politique en matière de mixité.

Eléments de contexte et méthodologie :

La loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 dite « loi avenir professionnel », complétée par le décret n°2019-15 du 8 janvier 2019 impose à toutes les entreprises de mettre en place un dispositif d’évaluation des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes en vue de mettre fin, en l’espace de trois ans, à tout écart de salaires injustifié.

A cet effet, un Index égalité professionnelle, commun à l’ensemble des entreprises, a été créé par le ministère du Travail. Il permet de calculer l’écart de rémunération et d’identifier les éventuels points de progression et les leviers sur lesquels les différents acteurs de l’entreprise peuvent agir pour faire progresser l’égalité.

L’Index, sur 100 points, se calcule au niveau de l’UES Capgemini à partir des 5 indicateurs suivants :

  • l’écart de rémunération entre les femmes-hommes, à poste et à âge comparables (40 points),
  • l’écart de taux d’augmentation individuelle, hors promotion (20 points),
  • l’écart de taux de promotion (15 points),
  • le pourcentage de salariées augmentées à leur retour de congé de maternité (15 points), dès lors que des augmentations ont été données en leur absence
  • le nombre de salariés du sexe sous-représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations (10 points).

La somme des résultats obtenus par l’entreprise pour chacun de ces indicateurs donne une note sur 100.

Si la note obtenue est inférieure à 75 points, des mesures correctives et le cas échéant, des mesures de rattrapage salarial doivent être mises en place. Ces mesures doivent permettre d’atteindre l’objectif d’égalité salariale entre les femmes et les hommes avec un niveau de résultat de 75 points minimum au bout de trois ans.