La mobilité durable, un enjeu clé de la transition bas-carbone

Publish date:

Vers quel modèle de mobilité durable allons-nous ?

La voiture reste le premier mode de transport au quotidien :  plus de sept salariés sur dix vont travailler en voiture. Cette proportion s’élève à huit salariés sur dix pour ceux travaillant hors de leur commune de résidence. Il n’y a que dans les régions parisienne et lyonnaise que ce mode de déplacement est supplanté par les transports en commun.

Or, avec 30 % des émissions de Co2 en France, le secteur de la mobilité est l’un des plus polluants et l’un des plus lents à se décarboniser. Comment explique-t-on cela ? De fait, cette lenteur est structurellement liée à l’absence d’alternatives faciles d’accès et abordables aux véhicules à moteur à combustion interne (MCI).

Alors, quelles solutions ?

Pour atteindre le zéro net, l’ensemble de l’écosystème doit se mobiliser afin d’effectuer sa propre mue énergétique :

1 – Les utilisateurs

Ils doivent continuer à modifier leur comportement en matière de mobilité. La prise de conscience des consommateurs du rôle qu’ils peuvent jouer est clé. On en observe les premiers effets : désormais, les jeunes générations accordent beaucoup plus d’importance aux principes de l’économie partagée ; 69 % des clients déclarent que la durabilité des produits automobiles est importante dans leur décision d’achat ; et 79 % affirment qu’ils sont prêts à payer une prime pour une option plus durable.

2 – Les fournisseurs et les opérateurs de mobilité

Ils doivent, en tant que concepteurs, promouvoir les services verts et les innovations développées. L’innovation technologique, l’utilisation des données, la numérisation des processus et des outils prennent désormais le pas sur la mécanique. Grâce à l’essor des nouvelles technologies (objets connectés, démocratisation des smartphones…), les opérateurs de mobilité peuvent fournir des services plus innovants et durables et se concentrer sur trois grands champs d’innovation : les plateformes digitales de mobilité en tant que services (MaaS), les systèmes de mobilité (batteries, infrastructures de recharges électriques…) et les services de mobilité partagée.

Circle, l'autopartage en libre-service

Circle, véhicule urbain électrique dédié au marché de l’autopartage en libre-service, constitue l’une de ces solutions pour les opérateurs de mobilité. Un prototype a été présenté en novembre 2021 à Londres sur Move, le plus grand salon mondial dédié à la mobilité. La mise en circulation des premiers véhicules est prévue d’ici la fin de l’année 2022.

D’autres initiatives voient le jour qui favorisent l’innovation durable : ainsi, la société française ALYCE a développé une solution qui permet le suivi, en permanence et en temps réel, des flux de déplacements. Ainsi, la compréhension de la mobilité est meilleure et les politiques à mettre en œuvre pour agir plus faciles à définir.

3 – Les entreprises et organisations professionnelles

Elles doivent aussi favoriser l’accélération dans l’usage d’alternatives à faible émission de carbone. Elles peuvent travailler sur trois aspects complémentaires : l’électrification de leur flotte de véhicules professionnels, la mise en place de solutions de mobilité partagée (par exemple en mettant à disposition des solutions d’autopartage ou de co-voiturage) et la multimodalité (par exemple en favorisant la pratique du vélo…).

4 – Les gouvernements et les services publics locaux

Ils doivent adopter un approche systémique. Les politiques publiques (administrations, collectivités) doivent favoriser l’accélération vers des objectifs d’émissions nettes nulles, par exemple en allouant une partie de leur budget au financement de projets liés au changement climatique, à l’innovation orientée mobilité durable et aux infrastructures vertes.

Première expérimentation de Mon compte Mobilité en Ile-de-France et à Mulhouse

Ainsi, l’on peut mentionner l’expérimentation mise en place par Ile de France Mobilités et par Mulhouse Alsace Agglomération avec le soutien du Ministère chargé des Transports.  Ces deux territoires souhaitent, grâce à Mon Compte Mobilité, encourager les mobilités douces auprès des citoyens en facilitant leurs démarches (accès aux aides), et auprès des collectivités et entreprises en offrant une vision plus précise des politiques de mobilité : mieux en comprendre leur impact et ainsi prendre des décisions en connaissance de cause.

Le développement des services de mobilité pour un objectif zéro émission nette.

Les services de mobilité se développent pour tendre vers un objectif zéro émission nette.Capgemini a mené une enquête auprès de plus de 40 organisations (entreprises et autorités publiques) pour comprendre les défis auxquelles elles sont confrontées, ainsi que leurs besoins pour réussir leur trajectoire vers le net zéro émission. D’après cette enquête, il ressort que plus de 75% des répondants ont mis en place des initiatives, dont la majorité est orientée sur la mobilité partagée.

Pour aller plus loin dans cette transition, les acteurs de la mobilité doivent aborder l’ensemble des aspects juridiques spécifiques au secteur, ce qui peut constituer une contrainte. Il est également indispensable de consentir à des investissements pour assurer une mise en œuvre pérenne.

Bien que le secteur de la mobilité fasse partie sur le plan mondial des gros émetteurs de CO2 et soit un peu plus lent que d’autres à réduire ses émissions , il est clair que certaines initiatives sont encourageantes.

Arval, acteur de la location longue durée, en témoigne :

« Chez Arval, Nous avons développé un concept de hub de mobilité pour les employés, l’Arval Mobility App, dans lequel ils peuvent retrouver un éventail de solutions de mobilité à la demande. Cette application de Mobility-as-a-Service, qui agrège à la fois les solutions de mobilité proposées par Arval et par le marché, permet également aux employeurs de paramétrer leur politique de mobilité, d’en mesurer les impacts, et d’apporter des recommandations pour les aider à définir la meilleure politique de mobilité afin d’atteindre leurs objectifs »

Ronan Perrier, Head of Mobility for Corporates, Arval

À l’avenir, le succès dépendra des efforts consentis par l’ensemble des acteurs à la fois en matière d’innovation et de collaboration à grande échelle. L’avenir des services de mobilité dépend aussi de la façon dont les fournisseurs et les opérateurs de mobilité vont encourager et déployer les idées, les bonnes pratiques et les grands programmes de transformation écologique… et ce, avec le soutien des utilisateurs, des instances gouvernementales et des entreprises.

Rencontrez nos experts