IFRS17 : quels impacts & leviers opérationnels ?

Publish date:

Sommés de renforcer leur efficience opérationnelle, les groupes d’assurance doivent désormais s’atteler à la mise en œuvre d’une nouvelle norme comptable complexe et potentiellement consommatrice en ressources rares et chères : IFRS17. A compter du 1er janvier 2021, les groupes d’assurance offrant au public des titres financiers devront comptabiliser leurs opérations d’assurance et évaluer les passifs […]

Sommés de renforcer leur efficience opérationnelle, les groupes d’assurance doivent désormais s’atteler à la mise en œuvre d’une nouvelle norme comptable complexe et potentiellement consommatrice en ressources rares et chères : IFRS17.

A compter du 1er janvier 2021, les groupes d’assurance offrant au public des titres financiers devront comptabiliser leurs opérations d’assurance et évaluer les passifs inhérents selon la norme IFRS17. Le temps est désormais compté pour procéder aux runs à blanc nécessaires à la mesure concrète des impacts comptables et aux tests en conditions réelles de processus opérationnels d’arrêté profondément remaniés.

IFRS17 induit des chantiers de transformation lourds et structurants au-delà du périmètre de la seule direction financière :

  1. Obtenir des données sources plus fiables et selon une maille plus fine, dans des délais courts imposés par la communication financière.

Pour ce faire, les assureurs doivent choisir entre complémentation tactique des bases de gestion ou refonte des systèmes d’information – dans une logique d’optimisation d’un parc applicatif souvent pléthorique et obsolescent – puis définir un calendrier réaliste et soutenable de transformation des outils.

  1. Garantir la cohérence du pilotage financier et de la communication financière dans un contexte multinormes complexe.

Expliquer les écarts de provisionnement entre les normes IFRS17 et Solvabilité 2 implique la mise en œuvre d’une gouvernance et d’outils de gestion des modèles de calcul (Master Model Management). Le pilotage financier doit également évoluer afin de tenir compte des nouvelles modalités de comptabilisation des résultats.

  1. Assurer le passage à l’échelle des outils de calcul des provisions.

La DSI – par des choix technologiques et d’urbanisation éclairés – peut permettre d’absorber de nouveaux calculs lourds et complexes, réalisés sur des volumes de données inédits et sur des périodes courtes. Il s’agit également de maîtriser les coûts liés au dimensionnement de la puissance de calcul et au stockage des données, conformément aux réglementations.

  1. Amplifier la transformation opérationnelle des fonctions Finance, Risques et Pilotage de la Performance.

Le monitoring des données et l’automatisation des processus (Smart Automation) sont des atouts décisifs pour répondre à IFRS17 :

  • Piloter la qualité des données de façon transversale ;
  • Automatiser les tâches récurrentes à faible valeur ajoutée au profit des analyses (qualité et finesse) et de l’efficience opérationnelle. Ces analyses pourront également être enrichies par des démarches Big Data + Advanced Analytics.

Afin de pleinement tirer les leçons de la mise en œuvre de Solvabilité 2, où la conception des modèles de calculs l’a emporté sur l’opérabilité à long terme des processus, nous préconisons de mobiliser d’autres fonctions transverses, telles que les DSI et Directions de la Transformation, dès les phases amont des programmes IFRS17 afin de refondre ab initio le schéma directeur de la fonction Chiffres au sens le plus large.

Articles associés

Cookies

En continuant à naviguer sur le site web, vous acceptez l'utilisation des cookies

Pour changer la configuration des cookies sur votre ordinateur ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter la page Données personnelles

Fermer

Fermer les informations cookies