L’Observatoire Mondial des Marchés de l’Energie 2020

À la recherche d’une « meilleure norme ».

La 22e édition de l’Observatoire Mondial des Marchés de l’Energie (WEMO) dévoile un monde qui se bat pour prendre des mesures délibérées et drastiques contre le changement climatique tout en relevant les défis immédiats liés à la pandémie de COVID-19.

Cette année, le rapport de l’Observatoire Mondial des Marchés de l’Energie explore comment le secteur de l’énergie peut équilibrer ces priorités divergentes. Nous présentons ici des idées pratiques sur la manière dont les acteurs privés et publics du secteur peuvent adopter une stratégie qui renforce la résilience à court terme tout en améliorant la durabilité à long terme.

Téléchargez notre eBook interactif

Constats Wemo 2020

  1. La demande énergétique a ralenti en 2019, tandis que les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) ont continué à augmenter.

La consommation mondiale d’énergie a légèrement augmenté de 0,7 %. Alors que les émissions mondiales continuent d’augmenter de 0,6% en 2019 (et atteignent leur niveau le plus élevé jamais enregistré), celles du secteur énergétique en particulier reculent de 0,4%. Nos recherches révèlent que même en Europe, région la plus avancée en termes de lutte contre le changement climatique, les politiques et mesures actuelles sont bien en deçà des objectifs de décarbonisation à long terme et de l’objectif 1,5-2° défini par l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

  1. L’utilisation des énergies renouvelables devrait s’accélérer à mesure que les technologies de production et de stockage continueront à évoluer.

En 2019, les investissements mondiaux dans l’énergie éolienne et solaire ont augmenté de 3 %, tandis que la capacité européenne a progressé de 42 %. Les batteries restent un élément essentiel pour l’adoption à grande échelle de la production d’énergies renouvelables intermittentes, une promesse qui pourrait se concrétiser avec la baisse continue des coûts de production et le développement de nouvelles méga-usines dans le monde entier.

  1. Les plans de relance post COVID-19 parviendront-ils à accélérer l’avènement d’une économie verte ?

La COVID-19 pourrait être une incitation au changement si les gouvernements s’appuient sur les projets de loi de relance économique en donnant la priorité aux initiatives « vertes ». Nos recherches indiquent que les plans de relance peuvent exercer un certain effet de levier positif, notamment en augmentant la part des énergies renouvelables et de l’hydrogène vert, en particulier dans le secteur de la mobilité, en électrifiant certains usages, comme le développement des véhicules électriques, en rénovant les bâtiments pour renforcer les mesures d’efficacité énergétique, en permettant au « smart grid » de soutenir la transformation de l’industrie et en encourageant un changement de comportement progressif chez les consommateurs, notamment une réduction des déplacements.

  1. Les compagnies pétrolières et gazières diversifient leurs activités, mais beaucoup doivent investir davantage en dehors de leur cœur de métier.

Les perturbations et fluctuations au sein des industries pétrolières et gazières ont eu un impact significatif sur la rentabilité de ces organisations et ont entraîné une pression sur leur licence d’exploitation. Les entreprises pétrolières et gazières devront développer une stratégie à long terme pour diversifier leurs revenus et s’écarter de leur production traditionnelle. Pour de nombreuses organisations, cela signifie qu’elles doivent chercher des solutions en dehors de leur domaine d’activité principal d’exploration et de production de pétrole et de gaz. À l’heure actuelle, la majorité des organisations, à l’exception des grandes entreprises de l’UE, n’investissent que 1 % en dehors de leur activité principale.

  1. Les feuilles de route pour la transformation des « utilities » doivent être revues après la COVID-19.

Alors que le secteur de l’énergie est aux prises avec les effets de la pandémie mondiale, une stratégie de transformation basée sur la transition vers les services liés à l’énergie n’est plus une opportunité de croissance viable. Les organisations doivent recentrer leur programme de transformation numérique sur l’accélération et la priorisation de la transition énergétique.

Les résultats et conclusions de cette année sont présentés dans notre eBook interactif. Téléchargez-le pour obtenir plus de détails sur nos résultats, des données et informations supplémentaires et les points de vue de notre équipe mondiale d’experts en énergie.

Au sujet du WEMO

L’Observatoire Mondial des Marchés de l’Energie est une publication annuelle de Capgemini qui couvre les principaux indicateurs des marchés de l’électricité et du gaz en Amérique du Nord, en Europe, en Asie (y compris en Chine et en Inde) et en Australie. Cette édition évoque pour la première fois cette année les stratégies des grands groupes pétroliers et gaziers, vers les renouvelables et la neutralité carbone. Ce rapport examine les sujets suivants : changement climatique et politiques réglementaires ; transition énergétique ; infrastructure et adéquation de l’approvisionnement ; approvisionnement et client final ; transformation ; et finances.

Veuillez remplir le formulaire pour télécharger le rapport complet :

Merci de votre intérêt, prochainement dans votre boite email le nouveau rapport WEMO 2020.

We are sorry, the form submission failed. Please try again.

WEMO2020_Global Editorial

Taille du fichier: 550,17 KB File type: PDF

WEMO Global Insights In...

Taille du fichier: 314,17 KB File type: PDF

Publications & Points de vues

Le futur de l’énergie

Une nouvelle ère énergétique s’ouvre à nous, mais à quoi devons-nous nous attendre...

Le développement durable, une opportunité à saisir

Pourquoi les entreprises du secteur de l’énergie et des utilities doivent agir...

Parole d'experts

Colette Lewiner, conseillère en énergie auprès du président de Capgemini

"Notre planète est encore loin d'avoir atteint ses objectifs mondiaux en matière de climat. L'extension de la trajectoire de 2019 entraînerait une augmentation de la température mondiale de 3,1 à 3,7 °C d'ici 2050, soit bien plus que le seuil de 1,5 à 2 °C recommandé par les experts. L'Observatoire Mondial des Marchés de l'Energie 2020 explique pourquoi le secteur doit agir et quelle est la meilleure voie à suivre".

Philippe Vié, Directeur international du secteur Energie, Utilities et Chimie chez Capgemini

"Bon nombre de ressources et d’outils numériques sont arrivés à maturité et disponibles pour améliorer la prévisibilité, la fiabilité, la stabilité du réseau et, finalement, la sécurité de l’approvisionnement, et accélérer la transition énergétique."

Cookies

En continuant à naviguer sur le site web, vous acceptez l'utilisation des cookies

Fermer

Fermer les informations cookies