Passer au contenu
Mayand

Mayand

architecte de solutions

Canada

Professionnels Experimentés

Excellence en matière d’exécution

« La conciliation vie privée-vie professionnelle est au cœur de la culture de Capgemini Canada. Et ce n’est pas qu’un principe en l’air, je le vis vraiment au quotidien. C’est unique ici. »

Capgemini Canada a invité ses employés à poser leur candidature pour une place dans l’équipe qui participera à la première Coupe internationale de rugby Capgemini à l’automne 2023. Un vote national a permis de sélectionner les huit employés qui rejoindront neuf autres équipes composées de 14 nationalités à Paris pour participer à un match de rugby amical.

Mon parcours dans le rugby

Comment j’ai été choisi pour participer à la Coupe de rugby de Capgemini en France

Lorsque nous avons reçu le message électronique nous avisant que Capgemini était commanditaire de la Coupe du monde de rugby 2023 et qu’elle organiserait son propre tournoi de rugby à Paris, j’ai su que je voulais participer. Je suis en bonne forme physique, mais j’étais en Inde au moment où les candidatures devaient être déposées et je n’avais pas beaucoup de temps. J’ai décidé de créer une vidéo dans laquelle je ferais 100 pompes et 100 flexions en cinq minutes. Je savais que si j’échouais, je ne pourrais pas recommencer. Mais j’ai essayé et j’ai réussi! Cela m’a valu de nombreux votes de la part des membres de l’équipe à travers le Canada et c’est ainsi que j’ai été sélectionné.

Le moment le plus mémorable de mon séjour

Tout a été mémorable. La plupart d’entre nous jouaient au rugby pour la première fois et nous nous sommes bien débrouillés! Je m’attendais à ce que ce soit vraiment extraordinaire, et ça l’a été plus que je ne l’espérais. Si je devais retenir un moment, ce serait le trajet en bus de 90 minutes entre Les Fontaines, le campus universitaire de Capgemini à Chantilly (France), et Paris. Je pensais que ce serait ennuyeux, mais nous étions assis avec l’équipe française et nous avons chanté des chansons, partagé des blagues, et c’était étonnamment amusant !

Le jour de notre retour à Paris, j’ai gagné une réplique originale du ballon utilisé lors de la Coupe du monde. Comme il n’y avait pas de place dans mes bagages, j’ai décidé de le dégonfler. J’ai demandé de l’aide au personnel du campus et un jeune serveur a sorti un stylo et l’a dédicacé! Il n’avait pas du tout compris ma demande!

L’équipe canadienne de rugby prête à entrer sur le terrain. De gauche à droite : Ryan La Marche, Guillaume Gilliard, Cyril Saint-Amans, Mayand Tiwari, Fady Youwakim, Michelle Nifco, Catherine Audia. Absent de la photo : Sindhu Raj.

Mon parcours chez Capgemini

Le parcours qui m’a mené à Capgemini Canada

Je suis actuellement basé en Saskatchewan, mais je suis originaire d’Inde. J’ai rejoint Capgemini Inde en tant que personne recrutée dans le campus, puis j’ai travaillé comme développeur de logiciels pour une entreprise de télécommunications dans le New Hampshire et le Maine. J’ai ensuite déménagé à Los Angeles pour travailler sur un compte et… après cela, j’ai déménagé à Seattle, et enfin je suis venu au Canada en 2017.

Aujourd’hui, je travaille comme architecte de solutions. Mon travail consiste à aider les clients à comprendre l’état actuel de leurs systèmes et processus, et à réaliser l’état futur en fonction de leur vision. Une fois que nous les avons aidés à visualiser cela, mon travail consiste à combler l’écart entre l’état actuel et l’état futur.

Comment Capgemini me donne la possibilité de maîtriser mes compétences

Dans un rôle comme celui d’architecte de solutions, vous avez besoin de beaucoup d’autonomie, de responsabilités et de confiance. Vous devez faire preuve de créativité dans l’élaboration de solutions pour le client. Capgemini me donne l’autonomie nécessaire pour tester et parfaire mes compétences. Nous avons également accès à des plateformes d’apprentissage et à une communauté solide où je peux obtenir de la rétroaction.

Comment je travaille pour obtenir le futur que je veux

Les principes que j’applique en tant qu’architecte de solutions, je les applique également dans ma carrière. J’essaie de comprendre l’état « tel qu’il est » – ma situation, mes compétences et ma vision de ce que je veux vraiment faire. Ensuite, j’examine les compétences que je dois acquérir. Je demande également l’avis de mes dirigeants et de mes mentors pour connaître leur point de vue sur la manière de réaliser ma vision.

Mes meilleurs conseils aux nouveaux employés

De nos jours, nous sommes confrontés à une surcharge d’information. Tout le monde partage de l’information, mais il faut aussi savoir écouter. La technologie et les processus vont et viennent, mais ce qui compte vraiment, c’est que vous écoutiez vraiment votre client et que vous compreniez vraiment son problème. Cela n’a pas changé au cours de mes 16 années de carrière. Ce qui m’a aidé à exceller, c’est que j’ai été réceptif à mes clients, et j’en suis fier.

Pourquoi je suis fier de travailler ici

Nous avons de très bons dirigeants ici et ils sont tous très accessibles. Si j’ai besoin d’un mentorat dans ma carrière, je peux l’obtenir. Nous avons une communauté très forte, et une grande partie de notre culture est axée sur la communauté.