Le World Insurance Report 2012 détaille les stratégies qui permettent aux compagnies d’assurance d’améliorer durablement leurs opérations quotidiennes**. Ce rapport s’appuie sur des recherches menées dans 19 pays : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Danemark, Espagne, États-Unis, France, Hong Kong, Inde, Italie, Pays-Bas, Philippines, Royaume-Uni, Singapour, Suisse et Vietnam. 71 dirigeants de compagnies d’assurance ont participé à des entretiens portant sur l’agilité commerciale et la transformation de la gestion des polices d’assurance.

Ces entretiens indiquent que la réduction des coûts et les gains d’efficacité opérationnelle sont aujourd’hui les principaux leviers de performance des compagnies d’assurance. Bien que les volumes de primes augmentent sur certains marchés, la plupart des compagnies d’assurance ne sont pas suffisamment compétitives pour relever leurs taux. En outre, de nombreux assureurs sont confrontés à la difficulté de développer leur chiffre d’affaires sur un marché banalisé où les clients sont de plus en plus attentifs aux prix. Dans le domaine des « assurances dommages »*** en particulier, les assureurs doivent améliorer durablement leurs performances, notamment en matière de souscription. Ils doivent également examiner les moyens de réduire leurs coûts opérationnels (traitement des demandes d’indemnisation, acquisition de clients, etc.) tout en développant leur activité.

Les assureurs doivent se concentrer en priorité sur la gestion des polices d’assurance pour réduire leurs coûts et améliorer leur efficacité opérationnelle. Dans le monde entier, de nombreuses compagnies d’assurance reconnaissent qu’elles ne peuvent pas continuer à s’appuyer sur des systèmes de gestion de polices dépassés, qui les empêchent d’innover et de se différencier sur le marché. Une grande majorité des assureurs européens interrogés (93%) et d’Amérique du Nord (67%) déclarent que la transformation de la gestion des polices d’assurance est une de leurs priorités au cours des deux prochaines années. En Asie-Pacifique en revanche, seulement 36 % jugent que c’est une priorité. Dans cette région, le marché des assurances ne s’est ouvert aux acteurs privés qu’au cours de ces dix dernières années. Bon nombre d’entre eux ont donc d’ores et déjà déployé des systèmes de gestion de polices modernes.

Selon Jean Lassignardie, directeur des ventes et du marketing de l’activité mondiale services financiers chez Capgemini: « Face à la crise économique actuelle et à un nouvel environnement concurrentiel où les leviers d’amélioration des marges et du chiffre d’affaires sont difficiles à identifier, il est indispensable pour les assureurs de transformer la gestion des polices d’assurance. Dans ce contexte, un certain nombre d’assureurs modernisent leurs systèmes existants pour rationaliser leurs opérations et réduire leurs coûts opérationnels. Il en résulte des gains d’efficacité opérationnelle, qui se traduisent par une réduction des délais de commercialisation, ainsi qu’une amélioration de la qualité des services et de la satisfaction des clients ».

Selon le rapport de Capgemini et de l’Efma, pour 69 % des assureurs interrogés, l’optimisation de leur efficacité opérationnelle a été une motivation clé dans leur décision de transformer leurs systèmes de gestion des polices d’assurance. 66 % affirment que la réduction du coût de revient total était essentielle. En transformant leurs systèmes de gestion des polices, les assureurs peuvent réduire considérablement leurs coûts opérationnels en diminuant le TCO**** de 40 % et le coût par police de 30 %. Ils peuvent également augmenter leur performance de 30% en améliorant l’efficacité des processus commerciaux et technologiques. En transformant ces systèmes, les assureurs sont mieux en mesure de répondre aux enjeux du marché actuel, tels que la conformité aux réglementations, la satisfaction des clients et des intermédiaires, l’agilité et le lancement de produits (en réduisant les délais de commercialisation de 60 %).

L’étude montre qu’affiner sa connaissance des données clients porte ses fruits. Le « Business Agility Maturity Model » de Capgemini** indique qu’en moyenne, les compagnies d’assurance ont ainsi amélioré leur agilité dans certaines fonctions de base du back-office de la gestion des polices, notamment la confirmation de l’émission de garanties et polices, la mise à jour des polices/contrats, la facturation et les rappels/renouvellements de primes. Le rapport révèle qu’en ce qui concerne la gestion des polices à court et moyen termes, les assureurs doivent se concentrer sur l’amélioration des conditions de souscription et l’analyse des risques afin de limiter le risque de sélection adverse. Les assureurs doivent aussi rendre l’application des taux et des tarifs plus agile, en permettant notamment leur modification en ligne sur l’ensemble de leurs canaux.

Selon Patrick Desmarès, secrétaire général de l’Efma : « Face à l’évolution des tendances sociales, réglementaires et technologiques, les assureurs doivent se concentrer en priorité sur l’agilité commerciale ».

Pour en savoir plus sur le rapport World Insurance Report 2012, rendez-vous sur www.capgemini.com/wir12

A propos de Capgemini
Fort d’environ 120 000 collaborateurs et présent dans 40 pays, Capgemini est l’un des leaders mondiaux du conseil, des services informatiques et de l’infogérance. Le Groupe a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 9,7 milliards d’euros. Avec ses clients, Capgemini conçoit et met en oeuvre les solutions business et technologiques qui correspondent à leurs besoins et leurs apportent les résultats auxquels ils aspirent. Profondément multiculturel, Capgemini revendique un style de travail qui lui est propre, la « Collaborative Business ExperienceTM », et s’appuie sur un mode de production mondialisé, le « Rightshore® ».
Plus d’informations sur : www.capgemini.com

Grâce à une expertise sectorielle pointue, des offres de services innovantes et un système de production mondialisé de nouvelle génération, l’entité Services  Financiers de Capgemini répond aux besoins de plus en plus sophistiqués du secteur des services financiers. Fort d’un réseau de 17 000 experts au service de plus de 900 clientsdans le monde, Capgemini accompagne les leaders de la banque, de l’assurance et des marchés financiers afin de leur permettre d’obtenir des résultats tangibles et durables.
Plus d’informations sur : www.capgemini.com/financialservices

Rightshore® is a trademark belonging to Capgemini

À propos de l’Efma
L’Efma est une association de marketing financier, à but non lucratif, fondée en 1971 par des banquiers et des assureurs. L’Efma regroupe aujourd’hui plus de 80 % des plus grandes institutions financières avec plus de 3 000 institutions membres dans 130 pays. Son forum professionnel permet aux membres de partager leurs expériences,
de promouvoir leurs meilleures pratiques et de renforcer leur collaboration par le biais d’alliances et de partenariats. Au forum s’ajoutent l’organisation permanente de manifestations et de communautés en ligne, la publication d’un journal et d’études détaillées ainsi qu’un vaste site web riche d’information et d’actualité.
Pour toute information, visitez le site www.efma.com

* L’agilité opérationnelle est la capacité à identifier, anticiper et traiter des changements particuliers dans les conditions opérationnelles qui influent directement sur la capacité d’un assureur à garantir une croissance durable.
** Sur la base de son modèle « Business Agility Maturity Model », Capgemini évalue le niveau d’agilité des assureurs (leur « maturité » en termes d’agilité) sur différents points de la chaîne de valeur de l’assurance.
*** Assurances des biens et assurances risques divers
**** Le TCO (Total Cost of Ownership, Coût total de possession) représente le coût global d’un bien (un système informatique par exemple) tout au long de son cycle de vie, en prenant non seulement en compte les aspects directs (coûts matériels tels qu’ordinateurs, infrastructures réseaux, etc. ou logiciels tels que le coût des licences), mais également tous les coûts indirects (coûts cachés) tels que la maintenance, l’administration, la formation des utilisateurs et des administrateurs, l’évolution, le support technique et les coûts récurrents (consommables, électricité, loyer, etc.).