Paris, le 29 juillet 2010 – Réuni à Paris le 28 juillet 2010 sous la présidence de Serge Kampf, le Conseil d’Administration de Cap Gemini S.A. a examiné et arrêté les comptes du groupe Capgemini pour le 1er semestre 2010.

Les chiffres clés sont les suivants :

(en millions d’euros) 1er semestre 2009 2ème semestre 2009 1er semestre 2010 Variation vs. S1 2009 Variation vs. S2 2009
Chiffre d’affaires 4 376 3 995 4 211 -3,8% +5,4%
Marge opérationnelle(1)
en % du chiffre d’affaires
287
6,6%
308
7,7%
245
5,8%
-0,8 point -1,9 points
Résultat opérationnel(2) 167 166 200 +19,8% +20,5%
Résultat net part du Groupe
en % du chiffre d’affaires
78
1,8%
100
2,5%
101
2,4%
+29,5%
+0,6 point
+1,0%
-0,1 point
Trésorerie nette fin de semestre 576 1 269 809 +233 -460

Si l’impact de la crise économique mondiale sur la demande de services informatiques n’est pas entièrement effacé, la stabilisation des principaux marchés sur lesquels le Groupe intervient est avérée et se traduit par une amélioration progressive de l’activité. Le chiffre d’affaires du 1er semestre 2010 est en repli de 3,8% par rapport au 1er semestre 2009 (et même de 6,1% à taux de change et périmètre constants), mais il est en progression de 5,4% (+1,8% à taux de change et périmètre constants) par rapport à celui du semestre précédent. Pour le 2ème trimestre seul, le chiffre d’affaires (2 159 millions d’euros) est en hausse de 5,2% (+2,0% à taux de change et périmètre constants) par rapport à celui du trimestre précédent.

Le volume des prises de commandes confirme cette tendance favorable : à taux de change et périmètre constants, elles progressent de 14% par rapport à celles du 1er semestre 2009 (et même de +32% pour le seul 2ème trimestre). L’infogérance est le métier qui enregistre la plus forte augmentation de ses prises de commandes (+37%) grâce au renouvellement anticipé ou à l’extension de plusieurs grands contrats. Celles des trois autres métiers (conseil, intégration de systèmes et services de proximité) augmentent de 4% pour le semestre, avec une nette accélération au 2ème trimestre (+13%). Le ratio prises de commandes sur chiffre d’affaires pour ces trois activités s’établit à 1,17 sur le semestre et à 1,28 pour le seul 2ème trimestre.

Confirmant qu’elles répondent bien aux demandes exprimées par ses clients, les cinq nouvelles offres de services(3) lancées par le Groupe fin 2009 et début 2010 ont représenté 36% du total des prises de commandes enregistrées au 1er semestre.

La marge opérationnelle (5,8%) est en repli par rapport à celle du 1er semestre 2009 (6,6%), mais le résultat opérationnel (200 millions d’euros) est en progression de près de 20% par rapport à celui réalisé au 1er semestre 2009, qui avait été affecté par des charges de restructuration particulièrement élevées.

Après déduction d’un résultat financier négatif de 38 millions d’euros et d’une charge d’impôt de 61 millions d’euros, le résultat net part du Groupe (101 millions d’euros) est en augmentation de près de 30% par rapport à celui du 1er semestre 2009.

Au 30 juin 2010, la trésorerie nette consolidée est de 809 millions d’euros, soit 460 millions de moins que celle affichée au 31 décembre 2009 : cette différence s’explique principalement par l’augmentation du besoin en fonds de roulement – habituelle à ce moment de l’année –, par le paiement du dividende (0,80 euro par action soit 122 millions d’euros) et le financement de plusieurs petites acquisitions pour un montant net de 90 millions d’euros (principalement celles d’IBX en Suède et de Strategic Systems Solutions, société spécialisée dans les services financiers dont le Groupe était actionnaire minoritaire depuis l’acquisition de Kanbay).

Perspectives :

Après une année 2009 particulièrement rude, le Groupe s’était armé pour affronter un environnement qui était encore difficile en début d’année mais dont il anticipait l’amélioration progressive. Les résultats du 1er semestre, que ce soit en termes de croissance ou de rentabilité, confirment la pertinence des décisions prises et le dynamisme des prises de commandes valide l’hypothèse que cette amélioration se poursuivra au 2ème semestre, malgré les inquiétudes qui persistent au niveau macro-économique et la grande volatilité boursière. Dans ce contexte, le groupe Capgemini prévoit pour le 2ème semestre 2010 un chiffre d’affaires en croissance de 3 à 5% (à taux de change et périmètre constants) par rapport à celui du 2ème semestre 2009. Pour l’ensemble de l’exercice, le taux de marge opérationnelle devrait être supérieur à 6,5%.

Paul Hermelin, directeur général du groupe Capgemini confirme que : « Fort de ses performances meilleures que prévu et de la nette progression de ses prises de commandes, le Groupe renouera avec la croissance au deuxième semestre. Nous avons d’ores et déjà relancé une politique de recrutement dynamique et nous mettrons particulièrement l’accent sur nos cinq lignes de services mondiales afin de répondre aux attentes nouvelles exprimées par nos clients. »

Annexe

L’activité par grandes zones géographiques :

  • La France – qui reste la première « grande région » du Groupe – réalise un chiffre d’affaires inférieur de 2,7% à celui du 1er semestre de l’année dernière mais en croissance de 4,4% par rapport à celui du semestre précédent (le 2ème semestre 2009), le taux de marge opérationnelle étant quasi inchangé à 5,1%.
  • La région Royaume-Uni/Irlande accuse un recul de 5,0% de son chiffre d’affaires – réduction qui résulte essentiellement de la renégociation des termes d’un important contrat conclu il y a plusieurs années – mais son taux de marge opérationnelle (7,3%) reste l’un des meilleurs du Groupe.
  • En Amérique du Nord, le chiffre d’affaires enregistre au 1er semestre – du fait de l’arrêt (programmé et annoncé) d’un grand contrat d’infogérance – un repli de 3,9%. L’activité Sogeti (services informatiques de proximité) connaît une amélioration sensible et l’intégration de systèmes dans les services financiers un véritable rebond (+30%). Le taux de marge opérationnelle décroît d’un point à 4,3%.
  • Le Benelux, où la crise a été la plus aiguë, enregistre une baisse de son chiffre d’affaires de 12,2% par rapport au 1er semestre 2009, mais de 2,7% seulement par rapport au 2ème semestre 2009, grâce à une stabilisation de l’activité et des signes de reprise pour l’intégration de systèmes. Les restructurations engagées en 2009 ont permis de redresser le taux de marge opérationnelle qui remonte de 1,5 point à 9,1% tandis que le résultat opérationnel est pratiquement le triple de celui du 1er semestre 2009 puisqu’il passe de 18 à 51 millions d’euros.
  • Le chiffre d’affaires réalisé dans les autres régions est en croissance de 4,0% avec un taux de marge opérationnelle de 7,7%.

L’activité par métiers :

  • L’intégration de systèmes accuse un repli de son chiffre d’affaires (à taux de change et périmètre constants) égal à celui de l’ensemble du Groupe. Il est avant tout lié à la pression sur les prix qui a fortement marqué le 2ème semestre 2009, pression qui s’est depuis atténuée. L’activité progresse cependant de 2,9% entre le premier et le second trimestre de l’année, ce qui annonce pour l’exercice une amélioration notable. Le taux de marge opérationnelle (5,5%) est très comparable à celui de l’ensemble du Groupe.
  • Le recul du chiffre d’affaires de l’infogérance (-6,3%) s’explique intégralement par la baisse du volume d’affaires réalisé sur les deux contrats évoqués ci-dessus, alors que le reste de l’activité – particulièrement dynamique en Amérique du Nord – enregistre une croissance de 4,0%. En outre, son chiffre d’affaires progresse également de 2,9% entre le 1er et le 2ème trimestre 2010. Grâce à l’utilisation croissante de ressources offshore et à un strict contrôle des coûts, cette activité maintient son taux de marge opérationnelle (6,7%) au niveau de celui affiché pour le 1er semestre 2009.
  • Les services informatiques de proximité (Sogeti) réalisent la meilleure performance du Groupe renouant au 2ème trimestre 2010 avec le niveau d’activité du 2ème trimestre 2009 et enregistrent une contraction du chiffre d’affaires finalement limitée à 4,1% sur le semestre et un taux de marge opérationnelle en repli de plus de 2 points par rapport au 1er semestre 2009.
  • Comme il était à prévoir, le conseil est le métier qui enregistre la plus forte contraction de son activité (-9,3%), mais une gestion très rigoureuse de ses coûts lui a permis de voir sa marge progresser pour atteindre 11,1%.

L’évolution de l’effectif :

Au 30 juin 2010, l’effectif du Groupe est de 95 586 personnes, en progression de 6% par rapport au 31 décembre 2009 grâce à une politique de recrutement très dynamique qui a fait entrer dans le Groupe plus de 13 000 personnes au cours du semestre (5 000 collaborateurs au 1er trimestre et 8 000 au second). Avec 62 717 personnes, l’effectif du Groupe dans ses pays traditionnels affiche une légère croissance par rapport au 31 décembre 2009. La croissance la plus forte est celle de l’effectif « offshore » ; localisé essentiellement en Inde (26 000 collaborateurs au 30 juin), mais aussi dans d’autres pays d’Asie, en Europe de l’Est, en Amérique latine et en Afrique du Nord, il totalise 32 869 personnes, soit 34,4% du total.

1La marge opérationnelle, un des principaux indicateurs de la performance du Groupe, est la différence entre le chiffre d’affaires et les charges opérationnelles, celles-ci étant égales au coût des services rendus (charges nécessaires à la réalisation des projets) augmenté des frais commerciaux et des frais généraux et administratifs.

2Le résultat opérationnel du Groupe incorpore les charges liées aux actions et options allouées à un grand nombre de ses collaborateurs ainsi que des charges et produits non récurrents notamment les dépréciations d’écarts d’acquisition, les plus ou moins values de cession, les coûts de restructuration, les coûts d’acquisition et d’intégration des sociétés nouvellement acquises, ainsi que les effets des réductions et/ou des liquidations des régimes de retraite à prestations définies.

3 Capgemini a créé cinq offres globales plus particulièrement destinées aux segments les plus prometteurs du marché : la gestion des données (Business Information Management), le développement et la maintenance des applications (Application Lifecycle Services) – deux offres lancées à la fin de l’année dernière – ; le test applicatif (Testing Services), les compteurs et réseaux intelligents (Smart Energy Services), la virtualisation et le cloud computing (Infostructure Transformation Services) lancées au 1er trimestre 2010.