Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Lyon, licencié ès-sciences économiques, expert-comptable, il avait été appelé à le rejoindre par Serge Kampf qui était déjà son ami depuis près de 20 ans.

Entré le 1er janvier 1971 comme Contrôleur de Gestion de la Société EURINFOR (la filiale de « facilities management » créée un an auparavant par SOGETI), il est nommé quatre ans plus tard Directeur Financier du Groupe Cap Gemini Sogeti né de la fusion de SOGETI, du CAP et de la société américaine Gemini Computer Systems.

Il le restera jusqu’en 1995 et sera pendant vingt ans avec Michel Jalabert la cheville ouvrière des grandes opérations réalisées par le Groupe : mise en oeuvre d’un rigoureux contrôle de gestion (nécessaire contrepartie de l’organisation décentralisée du nouvel ensemble), vente d’EURINFOR et recentrage sur les prestations intellectuelles, édition en mai 1976 du premier Rapport Annuel de Cap Gemini Sogeti, entrée dans le capital du Groupe Bossard (décembre 1976), spectaculaire introduction en Bourse de l’action Cap Gemini le 12 juin 1985 (avec une demande record de 123 fois le nombre de titres mis sur le marché !), acquisitions de SESA en 1987, d’HOSKYNS en 1990, de VOLMAC et PROGRAMATOR en 1992, soutien constant (et décisif) à la stratégie de « leadership » voulue par Serge Kampf, entrée de Daimler Benz dans le capital du Groupe le 23 juillet 1991…

Pendant ces 20 ans, le chiffre d’affaires a été multiplié par 50, l’effectif est passé de 2 000 collaborateurs à plus de 20 000, la situation nette du Groupe de 36 millions de francs à près de 7 milliards…

Celui qu’un magazine économique avait un jour qualifié de « petit comptable de province » – non par dérision mais au contraire pour donner la mesure de cette « remarquable réussite professionnelle » – restera dans l’histoire de Cap Gemini comme l’un des pères fondateurs de ce Groupe dont il continuait, depuis son départ à la retraite, à suivre l’évolution avec attention et passion.

Les innombrables amis qu’il y compte aujourd’hui encore garderont de lui le souvenir d’un homme discret, prudent, scrupuleux, habile négociateur, dissimulant sous un air bonasse sa grande intelligence des choses et des êtres mais étonnamment sensible aux autres, tolérant, généreux, fidèle à ses convictions comme à ses amitiés.