Aero Space & Defense : l’esprit de conquête – point de vue.

Publish date:

Grâce à l’essor du digital maintenant en phase de maturité et les potentiels d’optimisation que promet la valorisation de la donnée, le secteur Aéro Space et Défense s’ouvre sur de nouvelles voies de développement. Au regard de ce contexte propice à l’évolution des métiers, quels sont les grands challenges à relever, comment les industriels et les grands acteurs font face à ces changements, quelles sont les technologies sur lesquels ils s’appuient ?

Pour répondre à ces questions, nous avons réunis dans notre Point de vue Aero Space Defense, édité à l’occasion du Salon du Bourget 2017, les témoignages de nos clients, partenaires et experts pour partager leurs enjeux et les solutions mises en place.

Jamais la concurrence dans le monde aéronautique n’a été aussi forte. Les industriels du secteur sont en train de repenser leurs opérations, principalement pour relever le défi de la hausse des cadences de production. Airbus enregistrait, par exemple, un carnet de commandes record de 1 006 milliards d’euros fin 2015, entraînant à sa suite tout son écosystème industriel, poussé à produire plus et plus vite.

Ce contexte représente une formidable occasion pour les acteurs du secteur de passer d’un mode de production à façon, en petites séries, à un mode plus productiviste. Or, les technologies qui vont permettre de rendre les moyens de production intelligents abondent. Ainsi, les processus clés de construction ou d’assemblage  s’appuient  désormais sur de nouveaux capteurs connectés. L’Internet des objets (IoT) devient un enjeu majeur dans l’usine. Il doit notamment permettre d’améliorer la visibilité en temps réel sur son fonctionnement et de gagner ainsi en réactivité et    en qualité.

Le secteur spatial connaît également sa révolution industrielle avec le développement des microsatellites, qui viennent bouleverser les schémas classiques de production. OneWeb Satellites prévoit par exemple de produire 700 à 900 satellites en 18 mois, ce qui correspond à un rythme de production de quatre satellites par jour contre environ une dizaine par an environ. Internet par satellite, fusée réutilisable, propulsion électrique… telles sont quelques-unes des opportunités à saisir.

Au-delà de cette révolution industrielle, on assiste à un foisonnement d’innovations en termes d’usages. La principale raison en est l’abaissement du coût du ticket d’accès à l’es- pace. Le monde du spatial est entré dans l’ère de la production industrielle, le prix du kilo en orbite ayant quasiment été divisé par deux. Par conséquent, de nouveaux entrants arrivent sur le marché avec de nouvelles idées.

Il faut donc s’attendre à voir apparaître des services ambitieux découlant de l’amélioration des technologies d’observation satellitaire. Demain, nous aurons dans notre poche ni plus ni moins que l’équivalent d’un Google Earth en temps réel et en haute résolution, avec toutes les applications que l’on peut imaginer. Et bon nombre d’entreprises auront accès à des services leur permettant de mieux gérer leur activité.

À cela, il convient de se préparer. Ce sont des acteurs qui n’ont rien à voir avec la communauté spatiale qui inventeront les usages de demain. Dès à présent, des cabinets d’architectes, des services d’aménagement du territoire, des exploitants de réseaux GSM créent des applications fondées sur des images satellites et cela va s’accélérer.

« Le prix de la paix, c’est l’effort de guerre. »

Cette phrase du général de Villiers, chef d’état-major des armées, résume la situation actuelle : l’armée française est en tension sur ses ressources, autant matérielles qu’humaines. Il est impérieux de lui redonner les moyens d’exercer sa mission. De nombreux domaines sont concernés et vont devoir drastiquement évoluer pour apporter aux armées françaises les outils dont elles ont besoin.

La logistique, le maintien en condition opérationnelle, la maintenance des matériels terrestres marins et aéronautiques, le soutien de l’homme, le renseignement, la conduite des opérations ou encore la cybersécurité sont parmi les principales questions sur lesquelles les différents organismes du ministère des Armées vont devoir se concentrer.

Pour tous ces sujets, les nouvelles technologies constituent des leviers d’innovation et d’action. Et le ministère des Armées doit lui-même se transformer pour se doter d’une forte dimension digitale qui lui permettra d’être plus agile, que ce soit pour les opérations extérieures ou intérieures ou sur la thématique du soutien de l’homme, dans un contexte interarmées fort.

Les industries aéronautiques, spatiales et de défense sont plus que jamais des secteurs passionnants. Malgré des enjeux très différents, ces métiers partagent un point commun : tous sont à l’aube d’une profonde transformation que les nouvelles technologies vont permettre d’accompagner.

 

Arnaud Demesse, Directeur Aero Space Defense France

POV MAG 230x280 FR Nov17...

Taille du fichier: 1,65 MB File type: PDF

Related Resources

Le nouveau rôle du RSSI

De second rôle à acteur principal du changement

Biographie: Laura Desmond

Laura Desmond est membre du Conseil d’Administration d’Adobe depuis 2012 ainsi...

Cookies

En continuant à naviguer sur le site web, vous acceptez l'utilisation des cookies

Pour changer la configuration des cookies sur votre ordinateur ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter la page Données personnelles

Fermer

Fermer les informations cookies