Changement climatique et développement durable

Publish date:

Comment le secteur de l’énergie aide les entreprises privées et publiques à atteindre leurs objectifs en matière de changement climatique et de développement durable

Le changement climatique est un problème qui affecte fondamentalement l’activité de toute organisation. Pour les entreprises, répondre à ce besoin implique une refonte radicale des business models, une collaboration ouverte et des choix technologiques axés sur le développement durable.

« De notre point de vue, il est indispensable pour les entreprises de créer un plan de transformation climatique qui prenne en compte les domaines clés des offres, des opérations et de l’engagement client », explique Alain Chardon, directeur de la transition énergétique chez Capgemini. « Pour aider les entreprises à répondre à ce nouveau besoin, le secteur de l’énergie a identifié des solutions dans ces domaines qui permettront de réduire la consommation, de réduire les coûts et d’encourager l’utilisation de sources d’énergie renouvelables, de développer de nouvelles approches de mobilité, de mettre en œuvre des synergies et une économie circulaire tant au sein de l’entreprise qu’avec ses fournisseurs et clients. »

Capgemini publie un rapport annuel sur le leadership et la recherche dans le développement et la transformation des marchés de l’énergie du monde entier, l’Observatoire mondial des marchés de l’énergie (WEMO). Sa 22e édition explore ces solutions plus en détail, aidant les entreprises à réussir leur transformation climatique et durable depuis le concept jusqu’à une transformation efficace. Nous explorons ici quelques-unes des solutions les plus rentables offertes par le secteur de l’énergie aux entreprises de toutes les industries et du monde entier.

Efficacité énergétique

L’efficacité énergétique est l’un des éléments les plus importants de la stratégie de transformation énergétique d’une organisation. « Avant de réfléchir à la manière de rendre leur stratégie énergétique plus verte, les entreprises devraient d’abord réfléchir à la façon de devenir plus autonomes et plus efficaces », insiste Alain Chardon. « L’efficacité énergétique est un moyen efficace de réaliser des économies de coûts et aussi de réduire la consommation. »

Par exemple, l’un des moyens les plus évidents pour les entreprises de réduire leur consommation d’énergie est d’appliquer une stratégie immobilière et de rénovation des bâtiments qui vise à remplacer les équipements d’isolation thermique, de chauffage, de climatisation et d’éclairage par des systèmes plus naturels ou moins gourmands en énergie. Notre étude montre qu’à l’heure actuelle, les rénovations à faibles économies d’énergie dominent le marché européen, alors que la rénovation profonde reste minoritaire dans les bâtiments résidentiels et non résidentiels. Notre analyse révèle que pour atteindre les objectifs de l’UE en matière d’efficacité énergétique et de climat pour 2030, la région doit doubler, voire tripler, le taux de rénovation des bâtiments, ouvrant ainsi un large marché et créant de nombreux emplois.

Un autre domaine dans lequel l’efficacité peut s’appliquer est celui de la maison intelligente et des applications de construction. Ces solutions varient en termes d’investissement, allant d’un système de pilotage automatisé d’utilisation de l’énergie basé sur des capteurs à l’utilisation d’une application mobile qui suit la consommation d’électricité et offre aux utilisateurs des conseils sur la façon de changer leurs habitudes de consommation pour économiser de l’argent et de l’énergie.

Électricité verte

Le rapport de cette année a révélé que les nouveaux investissements dans l’énergie propre en Europe se sont stabilisés en valeur entre 2018 et 2019, mais ont augmenté de 42 % en capacité au cours de la même période. L’étude montre que le coût des énergies renouvelables a considérablement diminué, en particulier le solaire photovoltaïque, avec des capacités en hausse de 104 % pour une augmentation des investissements de 17 % seulement. Cela signifie que les investissements actuels et futurs permettront d’obtenir beaucoup plus de capacité que les années précédentes.

En fait, ces technologies sont les sources les moins chères de la nouvelle génération et ont plus de potentiel de création d’emplois que les combustibles fossiles. À ce titre, notre analyse indique que l’énergie propre aura la priorité dans les plans de relance économique, ce qui aidera les régions à se rapprocher des objectifs à atteindre en matière de changement climatique.

Par ailleurs, le rapport de cette année souligne que la consommation d’énergies renouvelables par le biais d’accords d’achat d’électricité (PPA) peut apporter une réelle valeur aux entreprises, détaillant la source, le prix et d’autres termes de la production d’énergie. Notre étude montre une augmentation de 46 % du marché mondial des PPA entre 2018 et 2019, principalement aux États-Unis, en Europe et en Asie. Nous voyons également les prix devenir de plus en plus compétitifs : le PPA solaire le plus économique est recensé en Espagne à 35,3 € le MWh. Quant à l’éolien, il ne coûte que 30,5 € le MWh en Suède.

Cependant, la pandémie du COVID-19 risque d’affecter le marché des PPA d’entreprise. Même si quelques contrats ont été signés depuis le début de la crise, nous nous attendons à une baisse de la demande d’électricité des entreprises à court et moyen terme ainsi qu’à un rebond des subventions aux énergies renouvelables dans les plans de relance verts. Cela va-t-il affaiblir le marché ?

Thermique vert

L’énergie thermique, qui représente environ la moitié de toute la consommation finale d’énergie en Europe, est un élément important et complexe de la stratégie globale de consommation d’énergie et d’émissions de la région. La décarbonisation dans ce domaine est une mesure difficile à prendre mais nécessaire pour atteindre les objectifs de 2030 et 2050 en matière de changement climatique.

Notre étude indique que l’électrification du chauffage a continué de s’accélérer. Cela pourrait potentiellement réduire de 50 % les émissions de GES dues au chauffage. L’accélération de l’adoption des pompes à chaleur offre un moyen rentable d’électrifier le chauffage et d’optimiser la production et la distribution. D’autres leviers importants sont l’utilisation de sources de chauffage renouvelables telles que la géothermie, le biogaz ou l’énergie de la biomasse, ou de celles provenant des déchets industriels ou des fossiles combinés à la séquestration du carbone (CCUS).

Hydrogène vert

L’hydrogène vert, produit par électrolyse de l’eau et alimenté en électricité à partir de sources renouvelables, reste l’une des formes d’hydrogène les plus chères, avec des coûts allant de 3,5 à 6 €/kg. Toutefois, notre étude indique qu’il est possible d’obtenir de l’hydrogène vert à faible coût en agrandissant les usines d’électrolyse dans les zones industrielles ou les ports et les centrales électriques renouvelables.

C’est une bonne nouvelle dans le monde de l’énergie car l’hydrogène est la pierre angulaire de plusieurs procédés industriels, tels que le raffinage, la création d’ammoniac pour les engrais et le méthanol. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que l’hydrogène remplacera à terme les combustibles fossiles dans les avions long-courrier et le transport maritime et dans des procédés industriels à haute température, tels que la production de fer, d’acier, de verre et de ciment.

Mobilité verte

Un autre domaine prioritaire en Europe pour l’hydrogène et les e-liquides est le transport, car c’est le seul grand secteur économique dans lequel les émissions de GES ont augmenté ces dernières années, représentant aujourd’hui environ un quart des émissions totales de l’UE. Les biocarburants et les bioliquides contribuent également à aider les pays de l’UE à atteindre leur objectif de 10 % d’énergies renouvelables dans les transports.

Cela est particulièrement important pour envisager une approche plus verte des systèmes de transport en commun, dont la grande majorité utilise encore des combustibles fossiles.

Un autre facteur critique de la mobilité est lié à la disponibilité limitée des bornes de recharge publiques pour véhicules électriques (EV) en Europe. Le développement d’un réseau de recharge doit être accéléré pour favoriser l’adoption des EV et concrétiser cette partie du plan climatique à long terme de l’Europe.

Enfin, en ce qui concerne les transports en commun, les gouvernements doivent adopter des mesures spécifiques pour encourager l’utilisation d’options de mobilité partagée dans le cadre de leurs plans de relance post-COVID. Des investissements dans des mesures d’hygiène telles que la désinfection, la disponibilité des masques et l’observance de la distanciation physique seront nécessaires pour relancer l’utilisation des transports en commun et réduire les émissions créées par les véhicules privés.

Les lecteurs avertis admettront que ces idées ne représentent qu’une fraction des solutions énergétiques vertes et efficaces à la disposition des entreprises. Pour en savoir plus sur une gamme complète de solutions de durabilité, téléchargez une copie du rapport WEMO.

Pour consulter l’intégralité des conclusions de l’édition 2020 de l’Observatoire mondial des marchés de l’énergie, téléchargez le rapport dès aujourd’hui.

Le point de vue de nos experts

Alain Chardon, Director Energy Transition, Capgemini Invent
Ozlem Bozyurt, Managing Consultant, Capgemini Invent

WEMO Climate Change &...

Taille du fichier: 241,57 KB File type: PDF

WEMO Climate Change Inf...

Taille du fichier: 688,61 KB File type: PDF

Related Resources

Changement climatique

Assurance Durable

Développement durable, l’enjeu de demain pour les assureurs

Changement climatique

Baromètre des achats d’énergie verte en France

Etat des lieux de l’approvisionnement en électricité verte en France

Changement climatique

Mobilité Durable

La durabilité est de toute évidence un sujet crucial pour l’industrie automobile, qui...