Passer au contenu

Sept principes incontournables pour une transformation écoresponsable réussie des administrations

Maëlle Bouvier & Jean-Baptiste Perrin
12 août 2022
capgemini-invent

A l’heure où certains pays prennent des engagements forts pour réduire l’empreinte environnementale de leur administration (c’est le cas de l’Allemagne, du Royaume-Uni ou encore plus récemment des Etats-Unis), l’Etat français, premier employeur du pays, est attendu pour accélérer la transition écoresponsable des services publics.

Convaincu de la richesse du partage d’expérience entre secteurs public et privé, nous retenons de l’aventure qu’a été l’élaboration de la feuille de route Net Zero du groupe Capgemini, mais aussi de l’ensemble de nos missions d’accompagnement à la décarbonation des entreprises, sept grands principes qui pourraient inspirer l’Etat.

Principe n°1 : définir une ambition de décarbonation et suivre la trajectoire

Le prérequis de toute décarbonation est de disposer d’une mesure des émissions de l’organisation, sur le périmètre le plus large possible. A partir de cette information, il est possible – et nécessaire- de déterminer des objectifs de réduction par poste d’émission et une trajectoire permettant de les atteindre.

Cette ambition et la trajectoire associée constituent le cap de l’administration pour les années à venir, la pierre angulaire ; la pertinence des projets d’investissement et de modernisation à venir pourra être analysée à l’aune de cette nouvelle boussole.

Principe n°2 : Piloter la décarbonation comme un projet complexe

L’engagement pris en matière de décarbonation impactant logiquement l’ensemble des activités d’une administration, une réelle rigueur programmatique est de mise. Cela se traduit par : 1/ un portage politique fort comme chaque programme de transformation publique en bénéficie (comme pour les OVQ) ; 2/ des ressources dédiées pour structurer le programme et des ressources budgétées en interne ou via le recours à des guichets interministériels 3/ la prise en compte des risques de projet sur le temps long

Principe n°3 : Imposer une transformation écoresponsable immédiate

Le défi pour toutes les organisations est de notre point de vue, d’anticiper le « monde d’après » en évitant de revenir à des comportements pré-pandémiques préjudiciables car gourmands en émissions carbones, sans pénaliser les citoyens quant à la qualité du service public rendu ; un défi d’équilibriste qui se prépare de manière anticipée avec les organisations syndicales, les CHSCT, mais aussi les usagers. Une transformation écoresponsable nécessite de penser des plans d’actions pluriannuels qui tiennent compte des contraintes internes (résistance au changement, bâtiments vétustes, qualité de service, contraintes techniques…) et externe (Réglementation, primes et aides financières, …).

Principe n°4 : Susciter le changement chez (tous !) les agents

Plutôt que de contraindre les équipes à se conformer, il est préférable de responsabiliser les agents en leur faisant prendre conscience du poids et de l’impact de leurs habitudes de travail pour atteindre les objectifs de leur administration. En d’autres termes, tout faire pour engager un changement grâce à des initiatives ascendantes.

Principe n°5 : Choisir les bonnes batailles

Les administrations sont nombreuses à prendre des initiatives en matière de sobriété, encouragées par le plan Services Publics Ecoresponsables notamment. Nous pensons cependant que les actions mises en œuvre sont cependant trop souvent décorrélées de leur impact potentiel, qui n’est d’ailleurs pas mesuré. Au regard des contraintes budgétaires et organisationnelles qui pèsent sur les services publics, il est indispensable d’accompagner la décarbonation en fléchant le bon niveau d’effort au bon endroit. Sans surprise, pour les services publics, les principaux postes d’émission sont ceux liés aux déplacements (professionnels et domicile-travail), à la consommation énergétique des bâtiments et aux achats.

Principe n°6 : Entretenir une dynamique écoresponsable dans la durée

Une fois les recommandations ci-dessus mises en place, les équipes impliquées doivent continuellement être inspirées, motivées et reconnues pour leurs efforts. Chaque petite victoire doit être célébrée, via un système de suivi rapproché qui maille tous les plans d’actions en cours. Un effort de communication interne sur la durée, comme la proposition de conférences inspirantes animées par l’encadrement supérieur de l’administration, seront toujours appréciés. Il s’agit de se lancer !

Principe n°7 : Outiller pour ne pas sur-solliciter

Une mesure actualisée régulièrement s’avère clé pour piloter au mieux la transformation et engager d’éventuelles actions correctives dès que nécessaire. Un rythme semestriel nous semble adapté. Cela implique une importante masse de données à collecter, traiter et analyser, qui ne peut pas reposer à 100% sur une chaine humaine, au risque d’en dissuader – voire dégoûter les agents. Pour ne pas voir s’essouffler la démarche, un outillage permettant une actualisation de la mesure la plus automatisée possible est un des nerfs de la guerre pour une décarbonation effective !

Ces enseignements que nous avons retenus de notre propre expérience de consultants sont applicables pour une administration. Nous plaidons pour qu’ils aller plus loin et qu’ils constituent les fondations d’une stratégie nationale de décarbonation des services publics portée au plus haut niveau.

Auteurs

Maëlle Bouvier

Directrice Développement Durable, Capgemini Invent
Maëlle Bouvier est directrice au sein de l’entité « Sustainable futures » de Capgemini Invent. Depuis 2010, Maëlle a dédié sa carrière au secteur public et au développement durable, en tant que chargée de mission dans les ministères (Affaires Etrangères, Environnement) ou via des missions de conseil. Maëlle a rejoint Capgemini en 2018 pour soutenir la transformation des ministères et de leurs opérateurs, notamment via le levier du digital. Elle porte désormais au sein de nos équipes les offres de valeur en matière d’éco-responsabilité, de transformation durable et d’accélération de la transition écologique auprès des clients publics de Capgemini Invent. 

Jean-Baptiste Perrin

Expert en Innovation Strategy, Marketing & Communications – Public Sector, Capgemini Invent
Jean-Baptiste dirige les activités à impact sociétal et la RSE au sein de Capgemini Invent. Après une première expérience au Département des Finances de la Mairie de New York, il rejoint Capgemini France en 2007. Aujourd’hui, il développe également Purpose en France et à l’international, une agence Public Benefit Corporation qui développe des mouvements de mobilisation collective pour favoriser la construction d’un monde inclusif, durable et solidaire. Jean-Baptiste enseigne à Sciences Po Paris depuis plus de 15 ans.
    Pour aller plus loin

    Secteur public

    Le secteur public mène une transformation vers un futur qui sera résolument plus numérique et durable.