Passer au contenu

La fonction publique face au défi de l’attractivité et de la fidélisation de ses agents

Augustin Bordes, Philippe Courpron, Benjamin Morvan, Alice Robichon
16 décembre 2022
capgemini-invent

Alors que le secteur public augmente ses recrutements en 2023, le marché de l’emploi se révèle en tension et l’attractivité du secteur public en baisse

11 000 postes vont être créés dans la fonction publique en 2023. Ces recrutements s’ajoutent à ceux permettant de compenser les départs à la retraite. Le projet de loi de finance nous indique que ces postes se situent majoritairement au ministère de l’Intérieur (28%), au ministère de la Justice (21%), au ministère des Armées (14%). A cela, il faut ajouter 4 000 accompagnants d’élèves handicapés (36%). Le nombre de postes à pourvoir dans la fonction publique est donc en augmentation. Mais la capacité à pourvoir l’intégralité de ces postes va se révéler un défi pour l’administration. Parallèlement, le marché de l’emploi s’est tendu en France avec la reprise économique post pandémie. Le taux de chômage a chuté à 7,3% au 3e trimestre 2022, retrouvant le seuil d’avant crise qui était un plus bas depuis 2008. Une étude d’Adecco Analytics d’octobre 2022 évalue à 4,5 millions le nombre de recrutements en 2023.

Face à cette tension, la pénurie des candidatures dans le secteur public, sur certains postes ou dans certaines administrations, est à craindre. La DGAFP a déjà identifié une chute du nombre de candidats sur certains métiers alors même que le marché de l’emploi ne connaissait pas cette situation de tension. Ainsi, les concours de catégorie A (72% des postes ouverts en 2020) ont vu leur nombre chuter de 40% entre 2010 et 2020. Sur les postes ouverts de catégorie A, le nombre de candidats est passé en 10 ans de 8,9 à 5,2 candidats par poste.

Cette crise de vocation se traduit par la vacance d’un certain nombre de postes. Si aucun chiffre global n’est établi, on sait par exemple qu’à la rentrée 2022, sur les 27 000 postes d’enseignants ouverts, 4 000 restaient à pourvoir avant de faire appel à des contractuels au profil inégal. La vacance sur ce poste est passée de 6% en 2021 à 17% en 2022.

Si l’administration a déjà entrepris un certain nombre d’actions pour recruter à hauteur de ses ambitions, l’attractivité est une priorité gouvernementale à décliner dans tous les ministères

Face à cette tension, les pouvoirs publics ne sont pas restés inactifs. Plusieurs filières ont vu leur salaire augmenter. Ainsi, le ministère de la Justice a annoncé en septembre 2022, une augmentation de 1 000 euros bruts mensuels pour les magistrats judiciaires et de 250 euros bruts mensuels pour les greffiers courant 2023. Le ministère de l’Education nationale a lui augmenté en 2022 à deux reprises les enseignants via la création de primes mensuelles (entre 36 et 100 euros pour la première, auxquels sont venus s’ajouter 29 à 57 euros pour la seconde) avant de s’engager sur un salaire net mensuel de 2 000 euros dès la prise de fonction.

Le ministre chargé de la fonction publique a fait de l’attractivité une de ses priorités. Trois défis ont ainsi été identifiés : 1/ attirer les jeunes candidats vers les emplois publics ; 2/ recruter des candidats ayant des compétences spécifiques (ex : numérique, fonctions budgétaires) ; 3/ gérer les disparités territoriales. Pour répondre à ces défis, un plan d’actions interministériel pour la transformation de la fonction recrutement » a été lancé en janvier 2020. En complément, deux actions ont été lancées. D’une part, le développement d’une « marque employeur » commune aux différentes administrations qui s’incarne par la marque « url » www.choisirleservicepublic.gouv.fr. D’autre part, il a été lancé un projet sur le renforcement de l’attractivité de la fonction publique dans les territoires ainsi sur un plan d’attractivité associé.

Ainsi, le secteur public ne manque pas de leviers et d’atouts pour séduire une jeune génération que l’on dit en quête de sens, de valeurs et d’engagement sociétal. Néanmoins, à l’appui de la nouvelle marque, un travail demeure nécessaire pour combler le décalage qui s’est instauré entre les jeunes diplômés et le secteur public et pour dépasser les préjugés qui reposent sur la fonction publique dans sa globalité (management archaïque, faiblesse des salaires…). Administration par administration, une analyse ciblée et détaillée des attentes des candidats, de leur vision sur l’administration concernée et des raisons qu’ils ont de s’en détourner permettra de dresser un état des lieux qui constituera la base de départ d’un plan d’action qui s’attaquera aux différents freins et permettra de réenchanter certaines filières métiers de la fonction publique avec les jeunes diplômés.

Auteurs

Augustin Bordes

Vice Président, en charge des activités Ministères, Capgemini Invent
Augustin dispose de plus de 20 ans d’expérience dans la transformation de l’action publique. Il dispose en particulier d’une expertise approfondie en matière de transformation à l’aide des leviers technologiques (numérique, data, IA) des sphères régaliennes, transition écologique et économie/-finances, au travers de projets de création de nouveaux services publics et d’amélioration de la relation usager ou de la performance des organisations. Augustin est certifié black-belt, diplômé du cycle de formation continue du CHEDE et enseigne dans la filière préparation INSP de l’ESSEC depuis plus de 5 ans.

Philippe Courpron

Directeur Secteur Public, Capgemini Invent
Philippe est expert des projets de transformation avec ou sans dimension numérique. Il accompagne la transformation des ministères en particulier ceux de la Justice et de l’Intérieur. Il a été contractuel au sein du ministère de la Justice de 2017 à 2020 en tant que chargé de mission à la transformation numérique de l’administration pénitentiaire.

Benjamin Morvan

Managing Consultant, Workforce & Organization, Capgemini Invent
Benjamin est expert des sujets de transformation des directions des ressources humaines. Après un passage de quelques années dans le secteur publique en tant que Secrétaire Général du CNM, Benjamin accompagne ses clients dans les grands projets de réorganisation et dans l’étude des impacts des nouvelles technologies sur les processus RH.

Alice Robichon

Directrice Secteur Public, Capgemini Invent
Directrice au sein des équipes secteur public de Capgemini Invent, Alice accompagne plus particulièrement les acteurs de l’éducation et de la culture. Juriste de formation, elle a exercé pendant plus de 10 ans au sein de l’Etat dans le pilotage interministériel de grandes réformes.
    Pour aller plus loin

    Secteur public

    Le secteur public mène une transformation vers un futur qui sera résolument plus numérique et durable.