Capgemini, l’un des leaders mondiaux du conseil, des services informatiques et de l’infogérance, renforce son engagement auprès de la Grande Ecole du Numérique en proposant d’embaucher environ 10% de ses nouveaux collaborateurs parmi les étudiants suivant ce programme. Peu ou pas qualifiés, ces étudiants, qui peuvent être des jeunes mais aussi des professionnels en reconversion, doivent suivre l’une des 225 formations labellisées par le programme, et bénéficier d’une forte culture numérique. Capgemini a signé le 3 octobre dernier la convention de partenariat qui fait de lui l’un des premiers partenaires privés de la Grande Ecole du Numérique.

 

Lancée il y a un peu plus d’un an par le Gouvernement, la Grande Ecole du Numérique vise à stimuler la formation française dans les métiers du Web et du numérique. Son ambition : atteindre le nombre d’au moins 10 000 diplômés d’ici à la fin de l’année 2017. Ce programme a déjà permis de labelliser 225 formations courtes (allant de trois à vingt-quatre mois) et qualifiantes afin de les rendre plus attractives sur le marché de l’emploi[1]. Ces formations, dispensées dans plus de 130 établissements répartis sur l’ensemble du territoire français et rebaptisées pour l’occasion « fabriques du numérique », mettent l’accent sur les métiers de développeur-intégrateur Web, designer UX, technicien ou conseiller informatique, ou encore développeur d’applications.


[1] L’objectif en 2017 est de labelliser d’ici la fin de l’année 2017 200 structures bénéficiant à 10 000 apprenants (jeunes, salariés en formation professionnelle, personnes en reconversion). Parmi ces 10 000 apprenants, un objectif national de 30% de femmes et 50% de jeunes peu ou pas qualifiés est fixé.