Entretien avec Ann Mettler et Florent Andrillon

Le chemin à parcourir vers le Zéro-émissions

Publish date:

Le chemin à parcourir vers le Zéro-émissions

Ann Mettler de Breakthrough Energy et Florent Andrillon de Capgemini Invent se penchent sur les étapes essentielles vers la neutralité climatique et son impact sur les stratégies commerciales et informatiques.

Ann Mettler est Vice-Présidente Europe de Breakthrough Energy. auparavant, était Directrice Générale et Responsable du European Political Strategy Centre (EPSC), le groupe de réflexion interne de la Comission européenne. En 2019, Ann a été reconnue comme l’une des cinq femmes ayant façonné Bruxelles par sa politique et la définition d’une nouvelle organisation selon Politico.

Florent Andrillon est Vice-Président de la transition énergétique du groupe Capgemini Invent. Ayant débuté sa carrière dans le secteur de l’énergie, Florent a passé de nombreuses années à aider les entreprises à mettre en œuvre leurs stratégies de transition énergétique, d’accélération et de transformation globale, notamment en s’appuyant sur des technologies numériques (par exemple : bâtiments intelligents, e-mobilité et énergie intelligente).

Vous pouvez également télécharger l’entretien à droite de votre écran, ou parcourir la page pour lire la suite.

Que signifie être « Zéro-émissions » ? 

Florent Andrillon : Le « Zéro-émissions », c’est atteindre un équilibre entre les gaz à effet de serre présent dans l’atmosphère et ceux qui en sont éliminés, afin de réduire le réchauffement climatique. Les entreprises peuvent contribuer à cette évolution. De nombreuses entreprises ont annoncé des objectifs de neutralité carbone, qu’elles prévoient d’atteindre par le biais de compensations et d’un minimum d’efforts concrets pour réduire leur empreinte, mais elles doivent aller au-delà et engager un véritable plan de réduction de leurs émissions tout au long de leur chaîne de valeur.

Quel pourrait-être l’impact du changement climatique sur le secteur privé ?

Ann Mettler : Tout d’abord, cela aura un impact très négatif. Il s’agit vraiment d’une menace concrète, et la politique publique en a réellement conscience. Il y a un consensus sur le fait que nous avons peut-être encore 10 à 12 ans pour renverser la situation. C’est pourquoi la Commission européenne a récemment fixé des objectifs de réduction des émissions pour 2030, en les portant de 40 à 55 %. Cette décision tient compte des résultats attendus pour 2030, pour lesquels nous devons agir dès aujourd’hui. Il est intéressant de noter que le secteur privé est en train de se réveiller impactant très favorablement la politique publique, car ce secteur est un plus en retard à ce sujet.

Concrètement, qu’est-ce qui a changé aujourd’hui dans la façon dont le monde, et le secteur privé en particulier, perçoit le changement climatique ?

Ann Mettler : Je pense que nous faisons tous l’expérience du changement climatique d’une nouvelle manière que nous ne connaissions pas il y a cinq ans. Du point de vue des citoyens, cela a fait une réelle différence. Pour les entreprises, les résultats sont là, tout simplement parce qu’ils apparaissent désormais dans leurs bilans. Elles constatent les effets du changement climatique, qu’il s’agisse des actifs bloqués qu’elles détiennent ou des catastrophes climatiques auxquelles elles ont été exposées, ou encore du déclin progressif de l’industrie des combustibles fossiles. J’ai étudié les tendances mondiales pendant la majeure partie de ma vie professionnelle et il y a quelque chose qui est définitivement différent cette fois-ci. La transition énergétique est désormais une tendance mondiale irrépressible, à mon avis, et le secteur privé, comme je l’ai dit, en a pris conscience et s’y met enfin.

Florent Andrillon : Ce qui a changé, c’est que le développement durable est désormais associé au numérique. Il est en train de devenir le cœur de métier. Les entreprises visent le Zéro-émissions pour plusieurs raisons : en premier lieu, parce que les clients le leur demandent, et les attentes des clients sont donc plus élevées. Bientôt, dans le secteur du B2B, avoir un objectif Zéro-émissions et une feuille de route claire et être en dessous d’un certain niveau d’émissions deviendra un must. Deuxièmement, parce que les investisseurs du secteur financier examinent désormais la durabilité avec une grande attention. Par conséquent, le modèle de financement des entreprises est également en train de changer si elles ne sont pas engagées et si elles ne montrent pas d’efforts pour réduire l’impact négatif de leur activité. Le monde de la finance en fait une exigence beaucoup plus forte qu’auparavant. Troisièmement, la réglementation vers le « Zéro-émissions » dans le monde entier fera de la réduction des émissions de GES une condition préalable au maintien d’un permis d’exploitation. Enfin, cela crée également de nouvelles opportunités et les entreprises (ré)inventent des modèles commerciaux pour un monde durable qui leur donneront un avantage dans cette nouvelle ère.

Les entreprises se rendent-elles compte aujourd’hui que l’obtention d’un résultat « Zéro-émissions » peut également être financièrement rentable ?

Ann Mettler : Les grandes compagnies constatent que les pionniers du développement durable sont désormais les grands gagnants. J’ai récemment lu que le leader du secteur de l’énergie aux États-Unis est un fournisseur d’énergie propre et non une entreprise de combustibles fossiles. Il s’agit d’une tendance mondiale, et ceux qui ont été les premiers à l’adopter s’en sortent mieux aujourd’hui. Les entreprises commencent à s’en rendre compte et c’est pourquoi elles tentent rapidement de se réorienter. L’objectif « Zéro-émissions » fait désormais partie intégrante du modèle économique. Il s’agit d’un changement systémique qui se produit dans le monde des affaires et qui est véritablement différent de ce qu’il était, disons, il y a dix ans.

Que faire pour concrétiser ce voyage vers la durabilité ?

Florent Andrillon : Le choix du moment est essentiel. Nous avons observé exactement la même tendance il y a 15-20 ans avec la vague de transformation numérique. Cela a commencé avec quelques dirigeants et quelques cadres supérieurs qui l’ont vu, et il a fallu de nombreuses années pour qu’elle se déploie massivement. En ce qui concerne la durabilité, nous n’avons pas le choix car il ne s’agit que d’une question commerciale. Ce qui est essentiel, c’est que nous devons accélérer et aller au-delà des grandes promesses de neutralité carbone. Nous devons aller au-delà de la course, car il ne s’agit pas d’une course, mais d’un objectif commun. Les entreprises doivent donc s’engager dans la transformation de toutes leurs activités et impliquer tous leurs employés, car il ne s’agit pas seulement d’une question de hiérarchie, mais d’entreprise dans sa globalité. C’est pourquoi il est essentiel d’impliquer le personnel et les parties prenantes pour que les entreprises modifient réellement leurs opérations et adaptent leur modèle commercial aux nouveaux cadres de développement durable.

Ann Mettler : Une coopération productive entre le secteur public et le secteur privé est essentielle. Dans le secteur public, nous constatons que le « Green Deal » européen est désormais l’objectif politique primordial de l’Union européenne. Cela implique une approche « pan-gouvernementale » pour atteindre ces objectifs, qui mènera à la neutralité climatique en 2050. Ce qui est intéressant, et qui a toujours été un défi jusqu’à présent, c’est que l’on est néanmoins confronté à un énorme problème d’action collective. Même si l’Europe était en tête, que se passerait-il si le reste du monde ne suivait pas ? C’est le monde auquel nous avons été confrontés jusqu’à présent, car l’Europe était toujours en tête, mais avec pour conséquence que, si les autres étaient en retard, nous n’atteignions pas les objectifs climatiques ultimes. Ce qui est différent cette fois-ci, c’est que des pays comme la Chine, le Japon, la Corée du Sud et bientôt, espérons-le, les États-Unis, ont tous pris leurs propres engagements en faveur de la neutralité carbone ou climatique, pour 2050 ou 2060.

Cela signifie qu’aujourd’hui, une grande partie du monde et des plus grands émetteurs sont parvenus à un consensus sur le fait que le changement climatique est un défi majeur et qu’il faut agir pour y remédier. Et cela me donne l’espoir que cette fois-ci, ce sera vraiment différent. Toutefois, le secteur public ne peut pas non plus agir seul. C’est pourquoi le secteur privé est indispensable, car il existe encore de nombreuses technologies propres qui doivent être développées ou qui existent déjà, mais qui n’ont pas encore été mises à l’échelle.

Grâce à l’International Energy Agency, nous savons que plus de 50 % des réductions de CO2 dont nous avons besoin pour atteindre la neutralité climatique d’ici 2050 devront provenir de technologies qui ne sont pas encore commercialisées. Cela signifie qu’elles existent peut-être, mais qu’elles sont trop coûteuses, trop marginales et qu’elles ne sont pas exploitées. Une grande partie de notre réflexion doit donc porter sur la manière de libéraliser ces technologies.

Que faut-il faire pour mettre les technologies vertes au premier plan et les aider à se développer ?

Ann Mettler : Il y a plusieurs aspects à prendre en compte. Le premier est que la recherche et l’innovation doivent être au centre des préoccupations. Ce n’est pas le moment de réduire les budgets de recherche et d’innovation ; au contraire, il faut les augmenter. Deuxièmement, ces technologies existent, mais elles sont trop coûteuses. C’est pourquoi nous devons faire baisser ce que Bill Gates aime appeler la prime verte. Il s’agit de la différence de prix entre un produit qui émet du CO2 et un produit qui n’en émet pas. Souvent, la différence de prix peut être substantielle, aussi une grande partie de notre réflexion doit-elle porter sur la manière de réduire la prime verte. La Commission européenne réfléchit à ce que l’on appelle une « Compensation Carbone », qui vise essentiellement à faire baisser la prime verte, et donc à rendre plus attrayante l’utilisation de ces produits à faible teneur en carbone ou sans carbone.

Assistons-nous à une convergence du dialogue sur la durabilité entre le secteur public et le secteur privé ?

Florent Andrillon : Il y a un besoin évident d’investissement pour accélérer et développer l’innovation. Mais il ne doit pas être entièrement financé par des fonds publics, car il n’y en aura pas assez. Le financement public est en fait davantage un déclencheur pour augmenter et attirer certains investissements privés. Nous constatons aujourd’hui un très bon niveau de dialogue et je sais que la Commission européenne organise de nombreuses réunions avec le secteur privé pour comprendre les obstacles au financement de cette innovation et ce qu’elle peut faire en termes de réglementation pour réduire les risques et faciliter les investissements. La croissance est-elle assez rapide ? Probablement pas. Et pour l’accélérer, le soutien public doit aller au-delà du financement, en assouplissant les réglementations et en adoptant une approche de type « bac à sable » pour permettre aux innovations d’être testées avant d’être réglementées. Et le secteur privé est vraiment désireux de s’engager dans une telle transformation.

Par où les entreprises doivent-elles commencer pour atteindre leurs objectifs « Zéro-émissions » ?

Ann Mettler : Toutes les entreprises doivent avoir une idée de leur empreinte carbone. Nous devons mieux comprendre les émissions de niveau 3, c’est-à-dire toutes les émissions qui se produisent tout au long de la chaîne de valeur, et c’est assez difficile. Du point de vue de la politique publique, je pense que nous avons besoin de meilleurs mécanismes d’analyse. Les entreprises devront rendre compte de leur empreinte carbone, y compris des émissions de portée 3. Peut-être même avons-nous besoin de nouveaux outils qui mesurent la réduction du carbone d’une manière beaucoup plus efficace que ce n’est le cas actuellement.

Une grande partie de ce que les entreprises font aujourd’hui pour réduire leur empreinte carbone sont des compensations et une grande partie de ces compensations sont basées sur la nature, c’est-à-dire planter des arbres ou investir dans les énergies renouvelables. Je ne suis pas en soi contre cela, mais nous devons également réfléchir à ce que les entreprises peuvent faire pour favoriser l’utilisation de nouvelles technologies propres, ce serait un bon point de départ.

J’espère qu’étant donné que les entreprises européennes n’ont, dans l’ensemble, pas très bien accueilli la révolution numérique, elles seront plus réceptives à cette révolution des technologies vertes et qu’elles verront vraiment l’opportunité qu’elle offre pour la création de nouveaux marchés. Les premiers à agir pourront profiter des avantages qui en découlent.

Quels sont les exemples de technologies propres disponibles aujourd’hui qui sont prêtes à être mises à l’échelle ?

Florent Andrillon : Dans un rapport récent, nous avons recensé 55 projets technologiques à fort impact en Europe, qui appliquent les technologies vertes à des cas d’utilisation dans différents secteurs. Nous avons examiné de près la question de l’hydrogène vert. Il existe 12 projets technologiques qui en tirent parti pour les transports, où nous pensons qu’il peut avoir un impact très important, ou pour le commerce maritime, ou encore pour la dé-carbonisation de secteurs complexes, comme l’acier ou le ciment. Les technologies intelligentes peuvent avoir un impact considérable. Par exemple, dans le secteur des transports, la mobilité en tant que service (mobility-as-a-Service), déployée massivement en Europe, peut réduire les émissions. Les bâtiments intelligents sont un autre secteur à fort impact. Nous avons examiné l’accélération de la construction et de la rénovation grâce à l’impression 3D et à la géo-modélisation. Enfin, un secteur qu’il ne faut pas oublier est celui de l’agriculture et de l’utilisation des terres, où nous pouvons appliquer la technologie pour cultiver des aliments d’une manière qui a moins d’impact sur le sol et identifier des alternatives à la viande à faible teneur en carbone.

Comment les pays gèrent-ils la transition vers le « Zéro-émissions » ? Quels sont les pays qui montrent l’exemple ?

Ann Mettler : L’Europe a montré la voie et les premiers succès, tant dans l’éolien que dans le solaire. Il a toujours été intéressant de noter que les pays les plus prospères sur le plan économique, mais aussi les leaders en matière d’environnement, étaient les pays nordiques, en particulier le Danemark et la Suède. À bien des égards, ils ont été les économies les plus prospères d’Europe – de manière constante et sur une longue période. Ils ont réussi à combiner essentiellement des objectifs économiques, sociaux et environnementaux dans leur modèle de gouvernance. L’espoir est que toute l’Europe puisse faire de même.

Toutefois, je dirai que d’autres pays ont également saisi l’occasion. La Chine travaille actuellement sur son prochain plan quinquennal, qui débutera en 2021. Je sais que les technologies propres et les objectifs environnementaux seront au cœur de ce plan. Je pense également que les États-Unis vont franchir une nouvelle étape en adoptant les technologies propres et la transition énergétique grâce à une nouvelle administration.

J’espère que l’Europe, qui est l’une des économies les plus avancées du monde, continuera à montrer la voie de la transition vers le Zéro-émissions, non seulement sur le plan politique comme nous l’avons fait, mais aussi sur le plan économique et par le biais de l’innovation, en développant réellement la prochaine génération de technologies nécessaires pour atteindre ces objectifs de Zéro-émissions.

Discussion with Ann Met...

Taille du fichier: 2,01 MB File type: PDF