ENECO : brancher l’énergie sur l’écologie

 C’est ce qu’a parfaitement compris l’énergéticien Eneco, qui a fait appel à Capgemini pour trouver et développer des solutions d’avenir. Eneco, une ambition verte

 

« Accompagnez-nous dans notre transformation, soyez le partenaire de nos ambitions ! » Jeroen Versteeg, à l’époque patron des services applicatifs de Capgemini au Benelux, se souvient encore de cette journée de septembre 2015 passée chez Eneco. « Nous avions déjà travaillé avec le groupe Eneco, mais ce jour-là, la mission fut tout autre. Ils nous demandaient de les aider à mettre au point des services et des produits innovants », raconte-t-il aujourd’hui. Une collaboration qui s’annonce particulièrement riche et stimulante.

 

225 000: Le nombre de thermostats intelligents Toon à ce jour.

Car Eneco n’est pas un groupe comme les autres. Créé au milieu des années 1990 il est constitué de plusieurs compagnies néerlandaises de gaz et d’électricité, et s’est rapidement imposé comme l’une des toutes premières entreprises énergétiques des Pays-Bas. Il est surtout devenu le leader néerlandais de l’énergie durable lorsque sa direction a décidé, en 2008, de ne produire que de l’énergie verte. Depuis cette date, Eneco a abandonné le charbon, le fuel et le nucléaire pour se concentrer sur le solaire, l’éolien et la biomasse. Une véritable révolution pour le modèle économique du groupe. « Eneco est très sensibilisé à la question du réchauffement climatique et a fait rapidement le pari du 100 % énergies renouvelables. C’était une démarche pionnière à l’époque », résume Jeroen Versteeg.

 

« Travailler avec une entreprise dont l’objectif est de changer le monde est particulièrement excitant. » JEROEN VERSTEEG

 

Quand une entreprise souhaite moins vendre

Capgemini et Eneco se connaissent depuis 2008, date à laquelle un premier contrat pour des services d’infrastructures a été signé entre la SSII et l’énergéticien. L’étape qui s’ouvre en 2015 est d’une autre ampleur. Elle s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle inflexion stratégique d’Eneco : ne reniant rien de son engagement pour les énergies vertes, le groupe néerlandais souhaite partager ses ambitions avec ses clients, en les poussant à consommer moins. « C’était très inhabituel ! Ce qu’Eneco demandait à ses clients, c’était en fait d’avoir une approche responsable et de lui acheter moins d’énergie ! Une première, sans doute, dans l’histoire du capitalisme », s’enthousiasme encore Jeroen Versteeg.

Les missions qui sont confiées à Capgemini sont essentielles. Il s’agit d’aider Eneco à simplifier ses modes de fonctionnement, à réduire ses coûts et à l’accompagner dans le déploiement d’offres commerciales innovantes. Il s’agit enfin d’accélérer sa transformation numérique. « Nous passions donc d’un contrat d’infrastructures classique à un véritable partenariat placé sous le signe de l’innovation et de la transformation », résume Jeroen Versteeg.

 

715 MILLIONS D’EUROS: Le montant des investissements effectués par Eneco fin 2015 dans les énergies renouvelables

Une plate-forme digitale d’un genre nouveau…

Cette approche s’incarne parfaitement dans le thermostat intelligent Toon, lancé par Eneco dès 2015 et dont Capgemini a réalisé l’essentiel de la plateforme informatique.
Proposé à tous les clients du groupe et destiné à être vendu à d’autres énergéticiens dans le monde, il permet à chacun de surveiller sa consommation d’énergie et de l’adapter en conséquence. « Toon peut tout faire ou presque : déclencher votre chauffage à distance, régler la température de la maison, adapter les consommations de tous les appareils connectés, même celle de la batterie d’une voiture électrique ! Encore mieux, il  indique à chaque fois où et quand la consommation a été optimisée », s’enthousiasme Jeroen Versteeg.

 

« Notre partenariat avec eneco est stratégique, tourné vers l’avenir. Il ne s’agit pas seulement de changer les outils mais de créer de la valeur par l’innovation » JEROEN VERSTEEG

 

Une révolution technologique ? « Pas tout à fait, même si le produit est complexe, poursuit ce dernier. Plus que la technologie, c’est la démarche suivie qui est inhabituelle : il s’agit de repenser tous les outils d’Eneco pour les mettre en ligne avec sa nouvelle stratégie responsable. » Grâce à son programme de transformation « u2es » – pour utility to energy services – Capgemini travaille également avec Eneco à la création de nouveaux services énergétiques susceptibles d’être mis à la disposition d’autres acteurs du secteur.