Du big data au human data : Placer l’humain au cœur des politiques éducatives

Publish date:

L’ethnographie au service de la conception des politiques éducatives

Par Maria Renée PALOMO ARBIZU, consultante secteur public, Alice ROBICHON, managing consultant éducation, Jean-Baptiste Perrin, vice-président en charge d’Invent for society et la communauté éducation de Capgemini Invent

 

« PISA : regarder au-delà des moyennes… » interpellait Marie Duru-Bellat, professeur émérite de sociologie à Sciences Po, dans une tribune au Monde en 2019 . Les évaluations internationales et les statistiques nationales sont désormais centrales et décriées dans le pilotage des politiques éducatives.

Si ces données de masses (big data) sont indispensables, elles prennent toute leur portée en étant complétées d’analyses à taille humaine (human data) sur des enjeux spécifiques. C’est particulièrement vrai pour l’éducation nationale qui, avec 12,8 millions d’élèves et d’apprentis ainsi que 1,2 millions de personnels, coche la case du global et du local, du volume et du sur-mesure.

Mieux comprendre les élèves et enseignants en s’appuyant sur l’ethnographie

Un champ de recherche, trop souvent inexploré, n’en demeure pas moins important : la vie des gens (le small data). L’ethnographie permet, grâce à son caractère immersif et empathique, d’identifier des facteurs profonds et parfois inconscients qui influencent le quotidien des gens. Les informations et indices sur les comportements humains ainsi que les expériences personnelles prennent toute leur importance. En matière d’éducation, elles permettent de révéler de grandes tendances de l’enseignement et de l’apprentissage.

L’approche ethnographique repose sur une méthodologique en trois phases :

  • l’observation : il s’agit d’aller sur le terrain en immersion, pour s’imprégner de la réalité de l’expérience des gens, recueillir des insights (attitude ou croyance profonde) par des entretiens semi-directifs : histoires de vie, points de friction, moments de vérités… ;
  • l’analyse : les observations terrain sont analysées et rassemblées en enseignements-clés (culturels, fonctionnels, émotionnels etc.) ;
  • l’accompagnement de la décision (référencement de l’existant, parangonnage, dossier de décision) pour définir les solutions à apporter pour répondre aux besoins identifiés.

L’apport de l’ethnographie dans la conception des politiques et outils éducatifs a trouvé, avec l’appui des équipes de Capgemini Invent, deux terrains d’application récents :

  • repenser l’environnement de travail (digital workplace) au plus proche du quotidien des personnels de l’éducation nationale en allant à leur rencontre pour interpréter leurs attentes, questionner leurs habitudes et étudier leurs pratiques numériques ;
  • dans le cadre de la dématérialisation des démarches de scolarité, comprendre les aspirations des agents administratifs pour concevoir leurs métiers de demain et les services d’accompagnement des usagers éloignés du numérique.

En plus des apports naturels des grandes études quantitatives et des cas d’usage data, l’ethnographie permet ainsi d’identifier ce qui guide profondément, et parfois inconsciemment, le quotidien des enseignants et des élèves. Cette matière est autant d’occasions de rééclairer l’action éducative.

Anticiper les enjeux de demain en analysant les réseaux sociaux

L’actualité récente illustre la caisse de résonnance que constituent les réseaux sociaux dans le quotidien des jeunes élèves français : depuis la rentrée scolaire 2021, l’hashtag #Anti2010 réunit insultes, moqueries, voire menaces en ciblant les préadolescents nés en 2010. Cet exemple illustre l’utilité, pour le monde éducatif, de disposer d’une capacité à analyser les réseaux sociaux.

De nouvelles société, telles que BLOOM, se sont spécialisées dans l’analyse des données issues des réseaux sociaux (social data) pour être davantage à l’écoute de ce foyer d’informations. Il s’agit d’être en capacité d’anticiper les tendances et les crises, de déchiffrer les opinions spontanées et de capter les comportements.

A titre d’exemple, lors de la crise de la Covid-19, la mobilisation de ces compétences en social data auraient permis d’analyser en continu l’impact psychologique et sociétal sur les étudiants :

  • immédiatement : analyser les tendances émotionnelles (tristesse, dépression, sans espoir, décrochage…) afin d’alimenter la construction de la stratégie de déconfinement ainsi que les éléments de langage des autorités ;
  • à moyen-terme : permettre à l’Etat d’être proactif dans l’apport de solutions complémentaires pour le mal-être étudiant et l’isolement social ;
  • à long-terme : tirer les leçons de la gestion de la crise, par exemple sur les modalités des cours et des examens en ligne, afin de nourrir les réflexions sur l’évolution de l’organisation du système éducatif.

Créer un cockpit de pilotage par les données humaines

Le small data et le social data combinés permettent de collecter l’implicite et l’explicite des élèves et enseignants :

  • ce qui est ressenti (pensées, réflexions, émotions, perceptions) ;
  • ce qui est dit (posts, commentaires, likes, hashtags…) ;
  • ce qui est fait (expériences, activités).

Pour capitaliser sur ces informations clés et ainsi renforcer la capacité d’anticipation dans le pilotage des politiques éducatives, des cellules dédiées pourraient être mises en place auprès des équipes statistiques du ministère et des universités. La création de ces cellules dédiées serait une formidable opportunité d’expérimenter, au sein de l’Etat, un cockpit de pilotage par les données humaines.

 

[1] « PISA : regarder au-delà des moyennes… », Madame Marie Duru-Bellat, professeur émérite de sociologie à Sciences Po, Le Monde, 10 décembre 2019

Articles associés

éducation

La responsabilité éducative des entreprises

Jean-Baptiste Perrin
Date icon 8 septembre 2021

Dans quelle mesure l’éducation peut-elle relever de la responsabilité des entreprises ?

éducation

Vers un self data de l’éducation, pour des élèves maitres de leurs parcours

Jean-Baptiste Perrin
Date icon 27 juillet 2021

Ces dernières années, le numérique a transformé notre économie et notre société faisant...

éducation

Comment l’IA se met au service de l’éducation ?

Date icon 28 mai 2021

A l’occasion d’Explor’IA, l’événement organisé par le collectif Impact AI, nous publions une...