ERP 2 Cloud : Moderniser l’ERP et le préparer aux enjeux de demain

Publish date:

La transformation numérique des entreprises et des organisations s’est encore accélérée en 2020 pour répondre aux enjeux sanitaires, aux nouvelles attentes du marché et aux nouvelles pratiques des utilisateurs et consommateurs.

Ce besoin d’aller plus vite, d’être plus résilient, plus innovant et tout cela avec un budget optimal, pousse nos entreprises à moderniser leurs processus et leurs système d’information pour mieux répondre aux enjeux d’aujourd’hui, et surtout se préparer à ceux de demain.

Parmi les briques centrales du SI, l’ERP et son écosystème adhérent ne dérogent pas à ce besoin de modernisation rapide. Leur mariage avec les solutions cloud représente la réponse la plus appropriée pour contribuer à atteindre les objectifs de l’entreprise.

L’ERP 2 Cloud : Des bénéfices au-delà d’une simple réduction de coûts

Migrer son ERP dans le cloud va bien-sûr permettre d’optimiser les coûts d’infrastructures et de services, en basculant vers un modèle OPEX, en ajustant les tailles et performances des services consommés, ou en optimisant les solutions de reprise d’activité après incident par exemple. Mais cela va aussi permettre de gagner en résilience et en performance en réduisant les interruptions de services au travers d’une architecture haute-disponibilité répartie entre zones d’hébergement, ou en ajustant à la volée la puissance services consommés par exemple. Nous constatons également sur le terrain un vrai bénéfice à réaliser le désendettement technique de la solution au moment de sa migration, afin d’obtenir une solution standard, et l’industrialiser avant d’en automatiser les principaux gestes opérationnels quotidiens. Enfin, la migration dans le cloud va permettre d’innover et de préparer la plateforme aux futurs besoins métiers, qui nécessiteront des interconnexions multiples et sécurisées avec d’autres systèmes d’informations ou des services PaaS/SaaS externes. Les processus métiers de l’ERP pourront aussi être adaptés pour intégrer certains services collaboratifs, et l’ensemble de l’ERP pourra s’appuyer sur les services Data, IoT ou solutions Low Code, fournis par le fournisseur de services cloud, pour communiquer et/ou exploiter le système et ses données.

Mettre son ERP dans le cloud, est-ce trivial ?

Un écosystème ERP n’est pas une application comme les autres. Il s’agit d’un poids lourd du SI.

Il est en général volumineux, gourmand en performance, et au centre d’un écosystème souvent complexe avec une dose d’historique assez prononcée. L’ERP doit aussi être très résilient puisqu’il est souvent critique pour le métier de l’entreprise. Cet écosystème est en général interconnecté avec de nombreux autres services, au sein du SI et au-delà, par des moyens de communication souvent hétérogènes. C’est aussi un pourvoyeur important de données, et donc clé pour l’analyse et le décisionnel au sein de l’entreprise, surtout dans un monde où la donnée se positionne désormais au centre des stratégies d’entreprise. Enfin, quand on parle d’écosystème ERP, on parle de produits éditeurs qui ont des exigences bien précises sur ce que l’on peut faire, ou ce que l’on ne peut pas faire en termes de trajectoire pour conserver leur support.

Donc tout cela fait de lui un système qu’il faut prendre avec beaucoup de mesure, de précaution et un savoir-faire bien spécifique lorsque l’on veut le déplacer et le moderniser tout en sécurisant la continuité du service.

Une étude détaillée de l’existant et de la cible s’avère donc indispensable pour d’abord qualifier l’éligibilité des composants à être déplacés dans le cloud, et ensuite identifier les actes de modernisation nécessaires ou pertinents à réaliser pour cette migration.

Cette analyse fine permet également de définir et partager la cible en termes d’architecture, de modèle opérationnel, de coûts projets et de coûts récurrents, ainsi que les patterns de migration et le planning associé.

Quel est le bon moment ?

Cette migration doit s’inscrire au bon moment selon la feuille de route métier et technique de l’entreprise, et selon l’empreinte et les dépendances actuelles qui peuvent exister.

Bien-sûr, plus tôt l’ERP et son écosystème adhérent est hébergé sur une plateforme Cloud, plus tôt l’organisation en tire les bénéfices.

Pour autant, il est parfois préférable d’intégrer la transformation cloud dans le futur programme de transformation métier de l’ERP afin d’en optimiser l’effort global.

Les contraintes d’amortissement des investissements passés ainsi que les contrats de maintenance tiers doivent aussi être pris en compte dans ce plan.

L’ERP 2 Cloud : avant tout un projet de continuité de services …

L’ERP dans le cloud est un projet de transformation, qui nécessite donc, pour réussir, d’embarquer tous les acteurs, des métiers jusqu’aux exploitants en passant par les équipes de développement, et ce dès le début du projet pour en sécuriser la bascule du service et en assurer la parfaite continuité.

L’ERP 2 Cloud reste en effet avant tout un projet de continuité de services.

… pour ensuite mieux préparer demain !

Le cloud va ensuite offrir un terrain de jeu moderne et favorable à l’innovation, là où il pouvait auparavant évoluer, ‘On Premise’, de façon contrainte et souvent étriquée.

En effet, les fournisseurs cloud proposent en permanence de nouveaux services pour exploiter les systèmes et leurs données, et ainsi permettre aux organisations de continuer à moderniser leurs pratiques et proposer de nouveaux modèles à leurs utilisateurs.

Ces entreprises vont alors pouvoir continuer à gagner en compétitivité, en performances, tout en s’ouvrant en toute sécurité aux autres systèmes d’informations et au services tiers (PaaS, SaaS, …).

En synthèse, mettre son vaisseau amiral ERP à flot, dans le cloud, c’est lui promettre un beau voyage au service de l’entreprise et de ses différents métiers…

Auteur :

Laurent Lefrancois

Engagement Director – FR Cloud CoE

ERP 2 Cloud SME

laurent.lefrancois@capgemini.com

Articles associés