Le coup d’état du Cloud

et son impact sur la DSI

Publish date:

Dans le monde d’aujourd’hui où le digital est omniprésent, aucune entreprise, ancienne ou nouvelle, de quelque taille que ce soit, ne peut ignorer le Cloud qui impacte ses processus de production, sa structure et même son modèle économique.

L’économie de l’usage se généralise. Le XaaS (Everything-as-a-service) est présent partout et devient stratégique pour toute entreprise, comme vecteur vers ses clients et comme moteur pour ses propres besoins IT. Avec le Cloud tout devient service et cela impacte notre quotidien. Que serait l’iPhone sans iCloud ou iTunes ? Les logiciels n’échappent pas à la règle avec le SaaS qui permet aux entreprises de souscrire à un logiciel au lieu de l’acquérir et de l’installer sur leur propre infrastructure.

Dans un marché toujours plus concurrentiel, il faut accélérer les processus de production, améliorer la qualité, maitriser ou réduire les coûts, libérer les énergies et les moyens pour créer, innover, apporter de la valeur à l’entreprise et prendre de vitesse ses concurrents. Pour répondre à tous ces besoins, les (r)évolutions s’enchainent au sein des DSI.

Pour accélérer le Time To Market, le cycle de vie agile a été massivement adopté, mais cela ne suffit pas car cela ne sert à rien d’être rapide si l’on ne peut pas mettre en production en continu à cause du drame interne permanent entre les équipes de Développement et les Opérations dont les objectifs orthogonaux statufient les processus. La réponse est venue du DevOps qui a apporté une valeur immense mais s’est heurté à la lourdeur de la gestion des infrastructures physiques.

C’est alors que le grand catalyseur du DevOps, le Cloud, est entré en piste en lui donnant toute sa puissance en proposant un réceptacle idéal pour ses méthodes et outils : puissant, robuste, et proposant un niveau d’abstraction des objets gérés tel que nous assistons progressivement à la disparition des éléments historiquement fondateurs de l’informatique : les serveurs et plus généralement l’infrastructure.

Cette disparition ne se fait pas d’un coup mais par étapes. Le DevOps a apporté sa pierre en autorisant la gestion des ressources machines via du code. On parle alors d’Infrastructure as a code qui consiste à gérer l’allocation des ressources d’infrastructure en fonction des besoins via du code. Pour ce faire, on utilise à tour de bras les capacités des logiciels libres comme Chef et Puppet ce qui a amené à considérablement simplifier et industrialiser les processus.

Enfin Google, Amazon, Microsoft, Alibaba, fournisseurs pantagruéliques des principaux Cloud mondiaux proposent désormais d’oublier l’infrastructure au profit de la notion de qualité de service avec un Cloud qui absorbe directement le code des applications et régule sa puissance automatiquement en fonction de la demande.
On parle alors de NoOps.

Sans les contingences liées aux infrastructures et face à l’adoption globale du digital indispensable à la performance de l’entreprise, la clé de réussite de la DSI sera sa capacité à migrer de la gestion du couple Apps/ Infra à la gestion Business/Apps.

Ce rapprochement des équipes IT et Métiers associé à la disparition progressive des Opérations (NoOps) telles qu’on les connait aujourd’hui, laisse place à de nouveaux modes de fabrication que nous nommerons BizIT, en lieu et place de DevOps.

A l’aune de ce nouveau positionnement de la DSI, de nouveaux modèles opérationnels voient le jour. Nous mettons en place actuellement chez les clients les plus précurseurs, ce que nous appelons des Transformation Service Centers (TSC), qui sont les creusets organisationnels de cette transformation et qui permettent de construire progressivement l’organisation cible tout en assurant la continuité de service.

L’objectif est simple : permettre d’orchestrer et de sécuriser une transformation sur plusieurs années en s’appuyant sur un schéma de responsabilité clair entre les acteurs en regard des activités à réaliser.

Le sourcing en est repensé en conséquence dans un environnement le plus souvent hybride (cohabitation « On premise » / Public / Privé). Tout l’écosystème de la chaine de valeur IT est alors mis à contribution. Cela va des fournisseurs de Cloud aux équipes Métiers en passant par les tiers mainteneurs applicatifs.

Dans ce rapprochement équipes IT et Métiers, un positionnement naturel s’ouvre pour la DSI. Il consiste à devenir le garant de la performance des processus Métiers de l’entreprise au travers des applications IT qui les supportent.

Pour jouer ce nouveau rôle, la DSI devra mettre en place une gestion de patrimoine orientée « processus Métiers ». Cela consiste à établir et maintenir une cartographie entre les processus Métiers et les applications de manière à utiliser le prisme du processus Métier pour opérer des analyses.

Le référentiel ainsi constitué et bien outillé constitue un outil de dialogue et de gouvernance avec les Métiers.

Conclusion

L’arrivée du Cloud bouscule drastiquement le statu quo des organisations.

La DSI ne peut ignorer le phénomène et se doit d’accompagner le mouvement, voire de faire preuve de proactivité. La transformation Cloud est en passe de devenir son premier sujet de préoccupation. En effet le Cloud commence à s’imposer comme un préalable à la digitalisation de l’entreprise et à juste titre, car il en constitue la fondation.

Mais de la décision à l’action, il y a une marche d’autant plus importante que le niveau d’industrialisation des processus IT est faible. Pour avancer, il faut alors reprendre le contrôle de son portefeuille IT, s’outiller avec des outils d’aide à la décision, maîtriser la façon dont sont implémentés les processus Métiers et sélectionner un partenaire de transformation à même d’accompagner sur le long terme.

Le Cloud est une promesse d’agilité pour l’Entreprise. Il crée les conditions d’un nouveau dialogue entre les équipes IT et Métiers pour un partenariat toujours plus fort avec la performance de l’Entreprise comme juge de paix.

Téléchargez cet avis d’expert

Articles associés

Digital culture – (en)rich companies and employees

Yvette Zzauer
Date icon 5 septembre 2018

How can companies transform themselves into a digital enterprise? Our study results and...

3 questions posées à… ? #Gradathon

CHEFDEVILLE, Baptiste
Date icon 3 septembre 2018

« Les sujets d’IA et de Big Data sont devenus mon quotidien ! Et pour le coup, je n’aurais...

RGPD

RGPD : La Liberté éclaire le monde ?

Pierre-Luc Réfalo
Date icon 17 juillet 2018
Cookies

En continuant à naviguer sur le site web, vous acceptez l'utilisation des cookies

Pour changer la configuration des cookies sur votre ordinateur ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter la page Données personnelles

Fermer

Fermer les informations cookies