Sur le chemin du Smart MOM – Edition N°2

Publish date:

Patrice Le Franc, Digital Manufacturing, Global Head MES – Smart Manufacturing Operations Management (MOM) Aujourd’hui les outils de planification et de calcul de besoins (MRP) n’opposent plus de limites de temps de calcul et donnent des résultats quasi instantanés ouvrant la porte – en théorie – à une réduction voire suppression de la jusque-là-bien-commode « frozen […]

Patrice Le Franc, Digital Manufacturing, Global Head MES – Smart Manufacturing Operations Management (MOM)

Aujourd’hui les outils de planification et de calcul de besoins (MRP) n’opposent plus de limites de temps de calcul et donnent des résultats quasi instantanés ouvrant la porte – en théorie – à une réduction voire suppression de la jusque-là-bien-commode « frozen period » (ou horizon gelé).

En effet jusqu’à présent, le planificateur voyait le segment de production comme une boite noire tant physique que temporelle à laquelle on envoyait un ensemble d’ordres de production à exécuter sur une période donnée, les changements de dernière minute étant gérés comme des exceptions. Les contraintes techniques de calcul évacuées, il est normal que l’on s’attende à ce que l’orchestration de la production réagisse dynamiquement à la demande et donc qu’elle soit parfaitement synchronisée avec la chaine logistique.

Mais voilà que l’on touche à d’autres limitations, physiques celle-là, les contraintes de réorganisation ou de reconfiguration des moyens de production. En effet les temps de changement de production d’un produit pour un autre peuvent encore s’avérer importants et sont d’ailleurs un enjeu bien connu des industries discrètes comme continues. En devenant l’un des derniers freins à une production totalement dynamique, cette problématique devient primordiale et un des défis majeurs de l’industrie 4.0 et de la vision ultime d’un moyen de production reconfigurable à volonté et dans un temps minimal. Les progrès dans la robotisation sont une partie de la réponse. L’exemple parfait est la fabrication additive – ou imprimante 3D – on peut en effet réduire la taille de lot à l’unité pour des temps de changement quasi nuls ou, exprimé différemment, chaque produit peut être unique et personnalisé sans impacter la capacité journalière de l’outil de production.

Si l’on revient à des outils de production plus classiques, impliquant la mise en œuvre d’ateliers d’usinage et de lignes d’assemblages robotisées au travers desquels des flux complexes de matières et semi-finis circulent, la partition devient particulièrement difficile à orchestrer, il faut que l’ensemble des évènements exogènes de la chaine logistique ainsi que les contraintes internes propres à l’organisation industrielle des usines soient pris en compte afin de synchroniser au plus juste la logistique d’approvisionnement et la production. Le superviseur de la production de demain devra donc visualiser et comprendre les flux logistiques et parfaitement maitriser les contraintes de reconfiguration de l’appareil de production. Ainsi l’usage de systèmes de calcul de besoin et de planification (ERP, APS) et de simulation de flux parfaitement intégrés avec le système d’exécution de la production (MES/MOM) sera indispensable.

Autre avantage non négligeable, le partage d’information et la synchronisation en temps réel de la chaine logistique permet de supprimer le fameux effet coup de fouet, phénomène stochastique qui voit des variations de la demande prendre des proportions trop importantes et imprévisibles lors de leurs remontées dans la chaine.

 

Découvrez les autres articles de Patrice Le Franc

Plus d’informations sur notre présence lors de l’édition 2018 des Smart Industries

Articles associés

Le coup d’état du Cloud

Philippe Roques
Date icon 13 septembre 2018

Dans le monde d’aujourd’hui où le digital est omniprésent, aucune entreprise, ancienne ou...

Digital culture – (en)rich companies and employees

Yvette Zzauer
Date icon 5 septembre 2018

How can companies transform themselves into a digital enterprise? Our study results and...

3 questions posées à… ? #Gradathon

CHEFDEVILLE, Baptiste
Date icon 3 septembre 2018

« Les sujets d’IA et de Big Data sont devenus mon quotidien ! Et pour le coup, je n’aurais...

Cookies

En continuant à naviguer sur le site web, vous acceptez l'utilisation des cookies

Pour changer la configuration des cookies sur votre ordinateur ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter la page Données personnelles

Fermer

Fermer les informations cookies