Des robots et des hommes…

Publish date:

Les changements provoqués par la robotisation sont nombreux et sont en train de modifier la société toute entière. Réflexions autour d’une révolution en cours avec Lanny Cohen, directeur des technologies de Capgemini.

12 millions: Le nombre de robots en service dans le monde en 2016.

Nous sommes entrés dans l’ère du robot intelligent

« Les robots ? Ils sont là, toujours plus efficaces ! » Lanny Cohen, Directeur des technologies de Capgemini, est enthousiaste : d’abord exécutants de tâches simples, les robots sont à même de traiter des tâches de plus en plus complexes. « Ils peuvent presque tout faire : fabriquer un produit, collecter et analyser des données complexes en temps réel, rendre des services à des particuliers… L’atout de la robotisation est qu’elle permet d’augmenter de manière spectaculaire la productivité des entreprises et d’optimiser les temps de traitement. Dans les industries de hautes technologies comme l’industrie spatiale par exemple, on s’est aperçu que l’utilisation de robots permettait de démultiplier le nombre d’essais et de tests de fabrication avec un niveau de fiabilité de 100 %. L’erreur humaine a disparu », indique Lanny Cohen.

 

« Plutôt que de nous demander ce que la technologie NOUS fait, il faut nous demander ce qu’elle fait POUR nous. »
Lanny Cohen

Des robots partout…

Résultat : la robotisation se répand dans tous les secteurs d’activités et dans toutes les fonctions, de l’industrie jusqu’au commerce en passant par les secteurs de la santé, de l’éducation ou de l’énergie. « Vous n’imaginez pas le nombre de projets, d’expérimentations et de prototypes que nous conduisons chaque jour avec nos clients, s’exclame Lanny Cohen. C’est un état d’esprit entièrement nouveau qui gagne les entreprises ! La digitalisation a totalement rebattu les cartes. Elle oblige à repenser tous les anciens systèmes et toutes les organisations. Les robots sont la matérialisation de cette révolution digitale. »

« Les robots ne tuent pas le travail, ils le transforment. »
Lanny Cohen

Capgemini accompagne cette révolution. Et le Groupe, en la matière, ne manque pas d’atouts. « Le premier est l’équilibre entre une vision globale des choses, qui nous permet de sentir les évolutions technologiques en cours, et un réel ancrage local, grâce auquel nous pouvons proposer des solutions répondant précisément aux attentes de nos clients. Notre second atout est notre expérience de l’innovation et notre capacité à la mettre au service de nos clients. Enfin, le Groupe a l’habitude des partenariats, notamment avec ses clients. Il s’agit d’un point essentiel : en effet, de plus en plus, l’innovation émerge à la suite d’échanges et de réflexions communes. Avec les entreprises qui nous font confiance, nous travaillons dans une logique de partenariat », explique Lanny Cohen.

Dans une société de robots, quelle place reste-t-il à l’homme ? « C’est vrai que certains emplois seront amenés à changer, répond Lanny Cohen cependant, il est plus probable que la robotisation remplace plutôt certaines activités de ces emplois laissant plus de temps pour les tâches à forte valeur ajoutée. Mais il est possible d’accompagner le changement en aidant les collaborateurs à acquérir de nouvelles compétences. Par ailleurs, de nouveaux métiers sont en train de faire leur apparition : architectes et ingénieurs robotiques, testeurs, concepteurs de logiciels, opérateurs robotiques, consultants spécialisés, métiers de la cyber-sécurité…C’est un nouveau système qui se met en place ».

 

2,3 millions: Le nombre de robots industriels vendus dans le monde pour la seule année 2016.

Créativité, intelligence émotionnelle et flexibilité cognitive seront les nouvelles compétences requises. Ceci encourage l’être humain à développer son potentiel et permet aux robots de réaliser les activités prédictibles de nos métiers – il s’agit en fait d’un travail d’équipe.

Il convient donc d’être optimiste face au changement. D’ailleurs, les possibilités offertes par la robotique ne sont pas que productivistes. Elles touchent aussi à l’égalité des chances  « Les robots peuvent être un formidable outil pour réduire les inégalités, par exemple en facilitant l’accès à l’éducation. Avec certaines entreprises et institutions, on travaille déjà sur des robots capables d’apprendre et de transmettre des connaissances. Dans ce domaine aussi, tout est ouvert », conclut Lanny Cohen.

 

« Chez Capgemini, nous n’avons pas peur des technologies, elles font partie de notre ADN et de notre culture. »
Lanny Cohen

Articles associés

Développement durable

Pourquoi les achats durables sont un levier essentiel pour atteindre des objectifs Net Zéro

Date icon 6 décembre 2021

Où sourcez-vous ce que vous achetez ? Les biens que vous utilisez sont-ils issus...

cloud

Le secteur du retail ou l’adoption du cloud par les cas d’usage métier

Date icon 3 décembre 2021

La grande distribution constitue à mon sens l’un des domaines métiers des plus intéressants...