L’édition 2017 du eGovernement Benchmark confirme le bon positionnement de la France. Elle met l’accent sur la nécessité d’une approche centrée sur les usages des services d’e-administration, pour combler notre retard avec les pays nordiques.

L’étude paneuropéenne, réalisée par un consortium piloté par Capgemini, révèle que 3 services publics européens sur 5 sont déjà en ligne, dont plus de la moitié (54%) sur des terminaux mobiles.

Si la progression numérique est notable à l’échelle européenne, il convient de faire preuve de davantage de transparence, en intégrant d’emblée ce critère dans la conception des services, et à investir dans les capacités digitales clés (comme l’identification électronique) pour renforcer la e-administration et établir complètement le Marché unique numérique dans les années à venir.

Dans ce panorama de 34 pays, quelle que soit la dimension considérée (centricité usagers, transparence, mobilité internationale, capacités clés), la France se situe dans la moyenne, loin derrière le Danemark, la Suède, les Pays-Bas et l’Estonie.

Aux côtés du Royaume-Uni, de l’Irlande, de la Slovaquie, de la Roumanie et de la Hongrie, la France fait partie d’un groupe baptisé « Unexploited e-Gov » au sein duquel le taux de pénétration des services est bon mais où le niveau de digitalisation est en-dessous de la moyenne. Digitaliser davantage de services permettrait de tirer des bénéfices accrus dans la mesure où les citoyens comme les entreprises de ces pays semblent prêts à recourir aux services en ligne.

Sur les événements de vie, les services à destination des entreprises sont les plus développés, les services aux familles (première évaluation cette année) apparaissent comme le domaine le moins mature. L’emploi et les études progressent régulièrement depuis plusieurs années. La France, globalement dans la moyenne, se démarque positivement en matière d’emploi.

Dans l’analyse croisée du degré de digitalisation des services publics et du niveau de développement des usages numériques, la population française ressort ayant un usage en ligne peu développé (toutes activités de loisirs, d’achats et de communication confondues) alors que les services de e-administration se situent dans la moyenne européenne.

La France est dotée de services numériques de relativement bonne qualité. Cependant le taux de pénétration des services reste toujours dans la moyenne, ce qui appelle à adopter une politique de développement des usages.

 

Télécharger le rapport dédié à la France

Télécharger le rapport complet