La performance au 1er semestre témoigne de la résilience du Groupe

Publish date:

  • Chiffre d’affaires de 7 581 millions d’euros, en hausse de +8,2% avec l’acquisition d’Altran
  • Croissance de +7,9% à taux de change constants et de -3,4% en organique* sur le 1er semestre
  • Croissance de +13,4% à taux de change constants et de -7,7% en organique* sur le 2ème trimestre
  • Marge opérationnelle* en hausse de +3% en valeur et en retrait limité de -0,6 point en taux, soit 10,8%
  • Recul de -4% du résultat normalisé par action* et de -20% du résultat net part du Groupe
  • Free cash-flow organique* en hausse de 16 millions d’euros à 106 millions d’euros

Paris, le 3 septembre 2020 – Réuni à Paris le 2 septembre 2020 sous la présidence de Paul Hermelin, le Conseil d’Administration de Capgemini SE a examiné les comptes[1] du groupe Capgemini pour le 1er semestre 2020.

Pour Aiman Ezzat, Directeur général du groupe Capgemini : « Nous avons réalisé une solide performance au premier semestre. Le Groupe a assuré la continuité de service auprès de ses clients tout en maintenant une forte dynamique commerciale. Je remercie tous les collaborateurs pour leur engagement remarquable tout au long de cette période. Ces résultats sont le fruit de notre forte réactivité face à la crise mais aussi du travail effectué depuis 10 ans pour améliorer notre modèle opérationnel, diversifier notre portefeuille d’activités et développer le digital et le cloud.

Aujourd’hui, nous communiquons des objectifs pour 2020 qui illustrent la résilience du chiffre d’affaires, de la profitabilité et de la génération de free-cash-flow organique.

Ce semestre a également été marqué par la finalisation de l’acquisition d’Altran qui donne à notre Groupe une nouvelle dimension et une place de leader sur le marché porteur de l’« Intelligent Industry ». Les travaux d’intégration avancent rapidement, en particulier grâce à la bonne collaboration entre les équipes.

Je tiens enfin à rappeler notre engagement sur le changement climatique que j’ai placé au cœur des priorités du Groupe avec notre nouvel objectif de « zéro émission nette » d’ici 2030. »

CHIFFRES CLÉS DU 1er SEMESTRE

Les estimations que le Groupe a communiquées le 28 juillet 2020 sur ses principaux indicateurs financiers pour le 1er semestre de l’année sont en ligne avec les résultats présentés ce jour :

Au cours du 1er semestre 2020, Capgemini a finalisé avec succès son Offre Publique d’Achat amicale sur Altran Technologies (« Altran »), dont les comptes sont intégralement consolidés dans ceux du Groupe à partir du 1er avril 2020. Cette opération majeure positionne le Groupe comme le partenaire de référence dans la transformation digitale des entreprises industrielles et de technologie. Sur la même période, le Groupe a fait face aux conséquences de la crise liée à la pandémie de Covid-19 sur ses différents marchés tout en assurant la sécurité de ses collaborateurs et la continuité de ses services pour l’ensemble de ses clients.

Dans ce contexte sans précédent, le Groupe a su démontrer une remarquable agilité ainsi que la résilience de ses opérations et de son modèle financier. Les résultats du 1er semestre 2020 témoignent clairement de la qualité de cette résilience, qui a été fortement renforcée depuis la crise de 2009.

Capgemini a réalisé sur le 1er semestre de l’année un chiffre d’affaires de 7 581 millions d’euros. Après un 1er trimestre 2020 globalement en ligne avec les tendances observées au dernier trimestre 2019, l’impact de la pandémie sur l’activité au 2ème trimestre est clairement visible, mais somme toute contenu. La consolidation d’Altran à compter du 2ème trimestre a eu un impact important sur notre chiffre d’affaires. Ainsi, sur l’ensemble du 1er semestre, la croissance atteint +8,2% en données publiées et +7,9% à taux de change constants. La croissance « organique » (corrigée des effets de périmètre et de taux de change) enregistre un recul limité à ­‑3,4% pour le nouvel ensemble. Cela démontre que la diversification sectorielle et géographique de la base de clients du Groupe et la qualité du portefeuille d’offres développé ces dernières années ont renforcé la résilience du chiffre d’affaires de Capgemini. En particulier, le Groupe conserve une dynamique soutenue dans les services liés au Digital et au Cloud, qui enregistrent une hausse de plus de 10%[2] sur le 1er semestre, illustrant le caractère structurel de la demande pour ces services.

Les prises de commandes enregistrées sur le semestre écoulé s’élèvent à 7 841 millions d’euros, en hausse de +10,3% à taux de change constants par rapport à la même période de 2019. Le ratio de « book-to-bill » dépasse celui de 2019 sur la même période et atteint 103% ce qui illustre la bonne tenue de l’activité commerciale dans le contexte de la pandémie.

La marge opérationnelle* progresse de +3% en valeur à 818 millions d’euros, ce qui représente un taux de 10,8% du chiffre d’affaires. La contraction du taux de marge opérationnelle par rapport à la même période de l’année 2019 est ainsi contenue à 60 points de base, en ligne avec le plan de marche du Groupe pour démontrer en 2020 le renforcement de sa résilience.

Les autres produits et charges opérationnels représentent une charge nette de 241 millions d’euros, en hausse de 102 millions d’euros par rapport à la même période de 2019. Cette hausse sensible s’explique principalement par les coûts d’acquisition et d’intégration d’Altran, la prise en compte des charges de restructuration propres à Altran et la saisonnalité des coûts de restructuration plus marquée sur le 1er semestre de cette année.

En conséquence, le résultat d’exploitation de Capgemini s’inscrit en baisse de -12% à 577 millions d’euros, soit 7,6% du chiffre d’affaires.

Le résultat financier représente une charge de 64 millions d’euros contre 39 millions d’euros sur la même période en 2019. Cette hausse est due au coût du financement mis en place pour l’acquisition d’Altran et de la dette portée par cette société.

La charge d’impôt s’élève à 204 millions d’euros, dont 26 millions d’euros liés à l’impact transitoire de la réforme fiscale aux Etats-Unis contre 30 millions d’euros l’année précédente. Avant la prise en compte de ces charges transitoires, le taux effectif d’impôt s’établit à 34,6% contre 32,6% sur le 1er semestre 2019 et pour l’ensemble de l’année 2019. Cette augmentation du taux effectif d’impôt s’explique pour l’essentiel par les conséquences temporaires de l’intégration d’Altran dans le périmètre du Groupe.

Le résultat net part du Groupe enregistre une baisse de -20% sur un an pour s’établir à 311 millions d’euros pour les 6 premiers mois de l’année. Le bénéfice par action (non dilué) est en baisse de -21% sur un an à 1,86 euro tandis que le résultat normalisé par action* résiste bien avec une baisse modérée de -4% à 2,80 euros. Avant reconnaissance de la charge transitoire d’impôt, le résultat normalisé par action recule également de -4% à 2,95 euros.

La génération de free cash-flow organique* atteint 106 millions d’euros contre 90 millions d’euros en 2019, en dépit de la hausse des charges financières et des autres charges opérationnelles liée à l’acquisition d’Altran.

Le retour aux actionnaires s’élève à 426 millions d’euros pour le 1er semestre 2020, avec d’une part les 200 millions d’euros consacrés au programme pluriannuel de rachat d’actions Capgemini SE, et d’autre part le versement de 226 millions d’euros de dividendes (correspondant à 1,35 euro par action, après réduction de 29% par rapport à la proposition initiale décidée par le Conseil d’administration dans le cadre des mesures de solidarité). Par ailleurs le Groupe a consacré sur la période un montant net de 3 234 millions d’euros à ses opérations de croissance externe, correspondant pour l’essentiel au montant déboursé sur l’exercice 2020 dans le cadre de l’acquisition d’Altran (cf. section spécifique ci-dessous).

ÉVOLUTION DE L’ACTIVITÉ PAR REGION

Compte tenu d’un mix géographique relativement comparable entre les deux sociétés, l’intégration d’Altran ne modifie pas significativement la répartition du chiffre d’affaires du nouvel ensemble par grandes régions géographiques. Sur une base combinée l’Amérique du Nord reste au 2ème trimestre 2020 la première région (31% du chiffre d’affaires du Groupe), suivie de la région Reste de l’Europe (30%), la France (21%), la région Royaume-Uni & Irlande (11%) et la région Asie-Pacifique et Amérique latine (7%).

  • 2ème trimestre :

Le chiffre d’affaires du 2ème trimestre s’établit à 4 034 millions d’euros, soit une hausse de +13,4% à taux de change constants. Comme indiqué précédemment, ce 2ème trimestre a en effet bénéficié du plein effet de l’intégration d’Altran dans le périmètre de consolidation du Groupe à compter du 1er avril 2020, ce qui a plus que compensé l’impact de la pandémie sur le chiffre d’affaires.

La croissance organique du Groupe au 2ème trimestre reflète plus particulièrement l’impact de la pandémie sur les activités du nouvel ensemble avec un recul de -7,7%. Cela traduit une baisse de -6,9% sur le périmètre historique de Capgemini et de -11,6% sur le périmètre d’Altran. La croissance organique a donc marqué un ralentissement au 2ème trimestre par rapport aux +2,0% enregistrés au 1er trimestre 2020. Les activités liées au Digital et au Cloud ont cependant démontré une bonne résistance avec une croissance de plus de 7%2 sur le trimestre.

Sur le plan géographique, la croissance organique du 2ème trimestre a enregistré en France un ralentissement très marqué par rapport au rythme du 1er trimestre. Ainsi en dépit de la bonne dynamique du début d’année, la France a été, au 2ème trimestre, la région du Groupe ayant enregistré le plus fort recul en termes de croissance organique. A l’inverse, les régions Amérique du Nord, Royaume-Uni et Irlande et Asie-Pacifique et Amérique latine ont comparativement bien mieux résisté avec des croissances organiques au 2ème trimestre plus proches de celles du début d’année. Cette disparité peut être attribuée aux différences observées dans la durée et la rigueur des périodes de confinement et le mix sectoriel des différents pays.

La situation par secteur est également très contrastée, avec des dynamiques semblables dans la plupart des régions. La croissance dans le secteur public (13% du chiffre d’affaires du nouveau Groupe) s’est accélérée au 2ème trimestre. Les Services financiers (1er secteur avec 24% du Groupe) et les TMT (Télécom, Media & Technologie, nettement renforcés par l’acquisition d’Altran à 13% du Groupe), ont montré une bonne résilience, sensiblement plus forte que la moyenne du Groupe. A l’inverse l’Industrie (22% du Groupe, en incluant l’activité d’Altran) et le secteur des Services (5% du Groupe et qui recouvre notamment les transports, l’hôtellerie et la restauration) ont été les plus touchés.

Les prises de commandes enregistrent par ailleurs une forte augmentation au 2ème trimestre 2020 pour atteindre 4 438 millions d’euros, soit une hausse de +18,8% à taux de change constants par rapport à la même période de 2019. Cela se traduit par un ratio « book-to-bill » de 110% au 2ème trimestre, reflétant un niveau de demande client encourageant pour les trimestres à venir.

  • 1er semestre :

Compte tenu de l’amplitude des principaux mouvements et tendances observés au 2ème trimestre, ceux-ci restent applicables à l’analyse de l’activité sur l’ensemble du 1er semestre.

Le chiffre d’affaires de la région Amérique du Nord progresse de +4,2% à taux de change constants. Cette progression est portée par la contribution d’Altran au chiffre d’affaires principalement dans le secteur des TMT. Par ailleurs, les Services financiers ont poursuivi leur rétablissement et ont même enregistré une légère croissance organique. Le taux de marge opérationnelle poursuit son amélioration pour s’établir à 14,4%, contre 12,9% au 1er semestre 2019.

La région Royaume-Uni & Irlande enregistre une légère progression de son chiffre d’affaires, de +0,6% à taux de change constants, avec la contribution d’Altran (principalement dans l’Industrie et les TMT) et la dynamique favorable enregistrée dans le secteur public sur une base organique. Bien qu’en recul, le taux de marge opérationnelle reste à un niveau élevé à 14,3% contre 15,9% un an plus tôt.

La France voit son chiffre d’affaires progresser de +7,6% à taux de change constants sur la période du fait de la consolidation du chiffre d’affaires d’Altran, particulièrement dans l’Industrie, les TMT et le secteur Energie & Utilities. Sur une base organique, le secteur de l’Industrie est de loin le plus affecté par le ralentissement de l’activité. En revanche, le secteur public a maintenu une croissance solide tandis que celui de l’Energie & Utilities a démontré une belle résilience. Au sein du Groupe, la France est cependant la région qui enregistre l’impact le plus sensible de la pandémie sur son activité avec une contraction marquée de son chiffre d’affaires à périmètre constant mais aussi de sa marge opérationnelle qui recule de 270 points de base par rapport à l’année précédente pour s’établir à 6,9%.

La région Reste de l’Europe enregistre, avec l’apport du chiffre d’affaires d’Altran, une progression de +15,1% à taux de change constants. Sur une base organique, la dynamique régionale a démontré une résilience en ligne avec celle du Groupe, alimentée par la croissance organique dans le Secteur public et celui de l’Energie & Utilities. La région enregistre un léger tassement de sa marge opérationnelle qui s’élève à 10,2% contre 11,3% un an plus tôt.

Enfin, la région Asie-Pacifique et Amérique latine reste dynamique avec une hausse de +11,4% de son chiffre d’affaires à taux de change constants, une performance notable puisque l’impact de l’acquisition d’Altran est plus limité dans cette région. La région enregistre en effet une belle croissance organique, dont les principaux contributeurs sont les Services financiers, ainsi que le secteur des Services et Energie & Utilities dans une moindre mesure. Le taux de marge opérationnelle de la région s’inscrit en recul limité à 10,5% contre 11,4% au 1er semestre 2019.

EVOLUTION DE L’ACTIVITÉ PAR MÉTIER

Avec l’intégration d’Altran à partir du 2ème trimestre 2020, dont l’essentiel de l’activité relève de l’Ingénierie, le mix métier du Groupe évolue sensiblement. Si les activités de conseil en Stratégie et Transformation continuent de représenter, au 2ème trimestre, 7% du chiffre d’affaires total du Groupe, les activités d’Opérations et d’Ingénierie représentent désormais 33% du Groupe avec l’apport des activités d’ingénierie d’Altran tandis que les Services d’Applications et de Technologie restent le cœur de métier du Groupe mais ne représentent désormais que 60% de l’ensemble.

  • 2ème trimestre :

Comme anticipé dans un contexte de crise, les rythmes de croissance organique des services d’infrastructure cloud et de Business Services (les métiers d’Opérations) n’ont été que relativement peu affectés par le contexte, tandis que les métiers d’Ingénierie et de conseil en Stratégie et Transformation ont eu tendance à enregistrer un ralentissement plus marqué que la moyenne du Groupe. Les services d’Applications et de Technologie, qui constituent le cœur de l’activité du Groupe, ont quant à eux démontré une résilience légèrement supérieure à la moyenne du Groupe.

  • 1er semestre :

Les activités de conseil en Stratégie et Transformation, ont bénéficié de l’intégration des services de conseil à forte valeur ajoutée développés par Altran ces dernières années et enregistrent ainsi une hausse de +8,6% à taux de change constants de leur chiffre d’affaires total*.

Les services d’Applications et de Technologie, qui constituent le cœur de l’activité du Groupe, voient leur chiffre d’affaires total reculer légèrement, de -1,3% à taux de change constants. L’impact de l’acquisition d’Altran sur la croissance à taux de change constants est limité dans cette ligne de service.

Enfin, le chiffre d’affaires total des services d’Opérations et d’Ingénierie affiche une croissance de +37,2% à taux de change constants sous l’effet de l’intégration d’Altran, dont l’essentiel des activités relèvent de l’Ingénierie.

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS

Au 30 juin 2020, l’effectif total du Groupe s’établit à 265 100 personnes, en hausse de +22% sur un an principalement sous l’effet de l’intégration des 50 000 collaborateurs d’Altran. Les effectifs offshore représentent près de 139 500 collaborateurs, soit 53% de l’effectif total.

BILAN

Au cours du 1er semestre 2020, la structure du bilan de Capgemini a sensiblement évolué avec l’acquisition d’Altran pour une valeur d’entreprise de 5,2 milliards d’euros (dont 3,7 milliards d’euros pour l’achat en numéraire des titres au capital[3]).

L’acquisition des titres Altran ayant été effectuée en deux étapes distinctes (avant et après la prise de contrôle intervenue le 13 mars 2020), cette transaction a entraîné sur la période une hausse des écarts d’acquisition[4] pour 2,6 milliards d’euros (10,3 milliards d’euros à la clôture contre 7,7 milliards d’euros à l’ouverture) puis une baisse des capitaux propres (5,9 milliards d’euros à la clôture contre 8,4 milliards d’euros à l’ouverture).

Au 30 juin 2020, le Groupe dispose à son bilan d’une trésorerie et d’actifs de gestion de trésorerie pour un montant total de 2,4 milliards d’euros. Compte tenu de la dette financière de 8,5 milliards d’euros et des instruments dérivés, l’endettement net* du Groupe au 30 juin 2020 s’élève à 6,0 milliards d’euros, contre 1,6 milliard d’euros au 30 juin 2019 et 0,6 milliard d’euros au 31 décembre 2019. Cette hausse de l’endettement net est essentiellement liée à l’acquisition d’Altran.

Le financement de l’acquisition d’Altran a été réalisé conformément au plan présenté en juin 2019 (5,4 milliards d’euros couvrant 3,7 milliards d’euros pour l’achat des titres et 1,7 milliard d’euros de dette brute portée par Altran), Capgemini a ainsi mobilisé sa trésorerie disponible pour environ 1,0 milliard d’euros (dont 0,4 milliard d’euros pour l’achat de titres en 2019) et a procédé à des émissions obligataires pour le solde.

Le Groupe a ainsi émis en avril 2020 un emprunt obligataire multi-tranches pour un total de 3,5 milliards d’euros dont 2,8 milliards d’euros ont été utilisés pour le financement de l’acquisition[5]. Puis, le refinancement des prêts à terme d’Altran a été effectué en juin 2020 au travers d’une seconde émission obligataire multi-tranches pour un montant de 1,6 milliard d’euros.

Ces opérations de refinancement ont permis de porter à 6,6 ans la maturité moyenne de la dette obligataire du Groupe, qui présente un coût moyen faible de 1,8%. Leur large succès témoigne de la confiance des investisseurs dans la qualité du profil financier de Capgemini et la pertinence de sa stratégie de croissance.

ACQUISITION ET INTEGRATION D’ALTRAN TECHNOLOGIES

Après la prise de contrôle d’Altran intervenue le 13 mars 2020, Capgemini a effectué une nouvelle ouverture de l’offre publique d’achat amicale dont le succès a permis la mise en œuvre en avril 2020 d’une procédure de retrait obligatoire portant sur les actions Altran non encore détenues. A l’issue de cette procédure, Capgemini détient 100% du capital et des droits de vote de la société Altran Technologies, qui est entièrement intégrée dans le périmètre de consolidation de Capgemini depuis le 1er avril 2020 comme indiqué précédemment.

Le processus d’intégration a été immédiatement engagé et progresse conformément aux attentes du Groupe. Les synergies de coûts et de modèles opérationnels sont attendues pour un montant compris entre 70 et 100 millions d’euros avant impôts en année pleine, conformément aux estimations communiquées lors de l’annonce du projet d’acquisition. Capgemini estime désormais être en mesure d’atteindre deux tiers des synergies attendues, en rythme annualisé, dès juin 2021. De plus, sur la base des nombreuses opportunités commerciales déjà identifiées, et pour certaines déjà signées, le Groupe est confiant dans sa capacité à réaliser les synergies commerciales annoncées, qui correspondent à un chiffre d’affaires annuel additionnel compris entre 200 et 350 millions d’euros à un horizon de 3 ans.

PERSPECTIVES

Dans un environnement encore incertain, le Groupe anticipe pour le 2ème semestre 2020 un redressement progressif de son niveau d’activité par rapport au 2ème trimestre.

Le Groupe se fixe ainsi comme objectifs pour l’ensemble de l’année 2020 :

  • Une croissance à taux de change constants comprise entre +12,5% et +14,0%, avec une contribution des acquisitions estimée à 17,0% ;
  • Une contraction de la marge opérationnelle comprise entre 0,6 et 0,9 pointpar rapport aux 12,3% atteints en 2019, qui témoigne de la nette amélioration de la résilience ;
  • Une génération de free cash-flow organique supérieure à 900 millions d’euros.

Une forte dégradation des conditions sanitaires et/ou de l’environnement économique dans les prochains mois pourrait toutefois contrarier l’atteinte de ces objectifs.

DE NOUVELLES AMBITIONS EN MATIERE d’environnement

Capgemini a décidé d’accroître ses ambitions en ce qui concerne son empreinte environnementale, conscient de la nécessité d’agir pour faire face au changement climatique. Le Groupe a ainsi annoncé le 23 juillet 2020 son engagement d’atteindre la neutralité carbone de ses opérations au plus tard en 2025, et l’objectif « zéro émission nette » d’ici 2030.

Pour cela Capgemini va accélérer son programme de décarbonation de ses opérations ayant le plus fort impact – à savoir les voyages d’affaires, les déplacements et la consommation d’énergie dans les bureaux – en s’alignant sur la trajectoire 1,5 °C de l’initiative « Science Based Targets ».

L’objectif précédent de Capgemini, fixé en 2015, visait à réduire les émissions de carbone de 30% par collaborateur à l’horizon 2030. Il a été atteint en janvier 2020.

Enfin Capgemini accompagne ses clients dans leurs démarches de décarbonation, et s’est fixé comme objectif une réduction de leurs émissions de carbone de 10 millions de tonnes à horizon 2030.

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE

Aiman Ezzat, Directeur général, Carole Ferrand, Directeur financier, et Rosemary Stark, Directeur des ventes, commenteront cette publication au cours d’une conférence téléphonique qui se déroulera en anglais ce jour à 8h00 heure de Paris (CET). Cette conférence téléphonique sera accessible par webcast, en direct et en rediffusion pendant un an, depuis ce lien.

L’ensemble des documents relatifs à cette publication sera mis en ligne sur le site internet dédié aux investisseurs de Capgemini à l’adresse https://investors.capgemini.com/fr/.

CALENDRIER PRÉVISIONNEL

27 octobre 2020 – Chiffre d’affaires du 3ème trimestre 2020

17 février 2021 – Résultats de l’année 2020

29 avril 2021 – Chiffre d’affaires du 1er trimestre 2021

AVERTISSEMENT

Le présent communiqué de presse est susceptible de contenir des informations prospectives. Ces informations peuvent comprendre des projections, des estimations, des hypothèses, des informations concernant des projets, des objectifs, des intentions et/ou des attentes portant sur des résultats financiers futurs, des évènements, des opérations, le développement de services et de produits futurs, ainsi que des informations relatives à des performances ou à des évènements futurs. Ces informations prospectives sont généralement reconnaissables à l’emploi des termes « s’attendre à », « anticiper », « penser que », « avoir l’intention de », « estimer », « prévoir », « projeter », « pourrait », « devrait » ou à l’emploi de la forme négative de ces termes et à d’autres expressions de même nature. La direction de Capgemini considère actuellement que ces informations prospectives traduisent des attentes raisonnables ; la société alerte cependant les investisseurs sur le fait que ces informations prospectives sont soumises à des risques et  incertitudes (y compris, notamment, les risques identifiés dans le Document de Référence de Capgemini, disponible sur le site internet de Capgemini), étant donné qu’elles ont trait à des évènements futurs et dépendent des circonstances futures dont la réalisation est incertaine et qui peuvent différer de ceux anticipés, souvent difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de Capgemini. Les résultats et les évènements réels sont susceptibles de différer significativement, de ceux qui sont exprimés, impliqués ou projetés dans les informations prospectives. Les informations prospectives ne donnent aucune garantie de réalisation d’évènements ou de résultats futurs et n’ont pas cette vocation. Capgemini ne prend aucun engagement de mettre à jour ou de réviser les informations prospectives sous réserve de ses obligations légales.

Le présent communiqué de presse ne constitue pas une offre d’instruments financiers au public et ne contient pas d’invitation ou d’incitation à investir dans des instruments financiers en France, aux États-Unis ou n’importe quel autre pays.

À PROPOS DE CAPGEMINI

Capgemini est un leader mondial du conseil, de la transformation numérique et des services technologiques et d’ingénierie. A la pointe de l’innovation, le Groupe aide ses clients à saisir l’ensemble des opportunités que présentent le cloud, le digital et les plateformes. Fort de 50 ans d’expérience et d’une grande expertise des différents secteurs d’activité, il accompagne les entreprises et organisations dans la réalisation de leurs ambitions, de la définition de leur stratégie à la mise en œuvre de leurs opérations. Pour Capgemini, ce sont les hommes et les femmes qui donnent toute sa valeur à la technologie. Résolument multiculturel, le Groupe compte 270 000 collaborateurs présents dans près de 50 pays. Avec Altran, il a réalisé un chiffre d’affaires combiné de 17 milliards d’euros en 2019.

Plus d’informations sur www.capgemini.com. People matter, results count.

 

ANNEXES[6]

TAXONOMIE METIERS

  • Stratégie & Transformation comprend l’ensemble des activités de conseil en stratégie, innovation et accompagnement de la transformation.
  • Applications & Technologie regroupe les activités des « Services applicatifs » ainsi que les activités connexes, notamment les services de proximité en technologie.
  • Opérations & Ingénierie recouvre les autres activités du Groupe, à savoir : les Business Services (comprenant le Business Process Outsourcing et les services transactionnels), l’ensemble des Services d’infrastructure et de cloud et les Services de R&D et d’ingénierie.

DÉFINITIONS

La croissance organique du chiffre d’affaires est la croissance calculée à taux de change et périmètre constants. Le périmètre et les taux de changes utilisés sont ceux de l’exercice publié. Ce sont également les taux de change de l’exercice publié qui sont utilisés dans le calcul de la croissance à taux de change constants.

Pour l’évolution de l’activité par métier, conformément aux indicateurs internes de performance opérationnelle, la croissance à taux de change constants est calculée sur la base du chiffre d’affaires total, c’est-à-dire avant élimination des facturations inter-métiers. Le Groupe considère en effet que cela est plus représentatif du niveau d’activité par métier car, avec l’évolution de son activité, le Groupe constate un nombre croissant de contrats dont la mise en œuvre requiert la combinaison de différentes expertises métiers entraînant une augmentation des flux de facturation inter-métiers.

La marge opérationnelle, un des principaux indicateurs de la performance du Groupe, est la différence entre le chiffre d’affaires et les charges opérationnelles. Elle est calculée avant les « autres produits et charges opérationnels » qui comprennent les amortissements des actifs incorporels reconnus dans le cadre des regroupements d’entreprises, la charge résultant de l’étalement de la juste valeur des actions attribuées au personnel (y compris les charges sociales et contributions patronales), ainsi que les charges ou produits non récurrents, notamment les dépréciations des écarts d’acquisition, les écarts d’acquisition négatifs, les plus ou moins-values de cession de sociétés consolidées ou d’activités, les charges de restructuration afférentes à des plans approuvés par les organes de Direction du Groupe, les coûts d’acquisition et d’intégration des sociétés acquises par le Groupe y compris les compléments de prix incluant des conditions de présence, ainsi que les effets des réductions, des liquidations et des transferts des régimes de retraites à prestations définies.

Le résultat net normalisé correspond au résultat net (part du Groupe) corrigé des impacts des éléments reconnus en « autres produits et charges opérationnels », net d’impôt calculé sur la base du taux effectif d’impôt. Le résultat normalisé par action est calculé comme un résultat de base par action, c’est-à-dire hors dilution.

Le free cash-flow organique se définit comme le flux de trésorerie lié à l’activité diminué des investissements en immobilisations incorporelles et corporelles (nets de cession), des remboursements de dette de loyer et ajusté des intérêts financiers payés et reçus.

Covid-19 : L’impact de la crise sanitaire sur les comptes consolidés au 30 juin 2020 n’est pas isolé. La définition des indicateurs alternatifs de performance ci-dessus est donc inchangée et conformément aux pratiques passées ces comptes comprennent dans les autres produits et charges opérationnels un montant non significatif de coûts incrémentaux et non-récurrents liés à cette crise.

ÉVOLUTION DE L’ACTIVITÉ PAR RÉGION

ÉVOLUTION DE L’ACTIVITÉ PAR MÉTIER

COMPTE DE RÉSULTAT SYNTHÉTIQUE ET MARGE OPÉRATIONNELLE

RÉSULTAT NORMALISÉ ET RÉSULTAT DILUÉ PAR ACTION

Le Groupe a reconnu sur le 1er semestre une charge d’impôt liée à l’effet transitoire de la réforme fiscale aux Etats-Unis de 30 millions d’euros en 2019 et 26 millions d’euros en 2020. Sur le 1er semestre 2020, cela a réduit de 0,15 euro les résultats de base et dilués par action ainsi que le résultat normalisé par action.

Hors comptabilisation de cette charge d’impôt, le résultat normalisé par action aurait été de 2,95 euros pour le 1er semestre 2020 :

VARIATION DE TRÉSORERIE ET FREE CASH-FLOW ORGANIQUE

ENDETTEMENT NET

 

* Les termes et indicateurs alternatifs de performance marqués d’un (*) sont définis et/ou réconciliés en annexe de ce communiqué.

[1] L’examen limité de l’information financière semestrielle a été finalisé et le rapport des auditeurs est en cours d’émission.

[2] Croissance à taux de change constants sur le périmètre du Groupe hors Altran. La classification des services d’Altran liés au Digital et au Cloud sera prise en compte à partir du 1er janvier 2021.

[3] dont 0,4 milliard d’euros décaissés en 2019.

[4] Les travaux de valorisation des actifs et passifs et l’affectation du prix d’acquisition font l’objet d’une évaluation par un expert indépendant et seront finalisés dans les 12 mois suivant la date d’acquisition.

[5] Le complément de 0,7 milliard d’euros étant alloué au remboursement d’obligation à échéance juillet 2020.

[6] Dans ces annexes l’arrondi d’une somme peut être différent de la somme des arrondis.

Communiqué de presse

Taille du fichier: 252,27 KB File type: PDF

Infographie T2

Taille du fichier: 81,52 KB File type: PDF

Infographie S1

Taille du fichier: 140,87 KB File type: PDF
Cookies

En continuant à naviguer sur le site web, vous acceptez l'utilisation des cookies

Fermer

Fermer les informations cookies