Ericsson en discussion avec Capgemini

Le CEO Corner

Le Capgemini Research Institute s’est entretenu avec Börje Ekholm, Chief Executive Officer d’Ericsson, et Aiman Ezzat, Directeur général de Capgemini, pour comprendre à quoi ressemblera la nouvelle ère de la transformation numérique, le rôle des technologies dans cette prochaine phase de transformation et les nouveaux modèles économiques susceptibles d’émerger dans les années à venir.

ACCÉLÉRER LA TRANSFORMATION

À quoi ressemblera la prochaine phase de transformation numérique, et quel sera son impact sur l’industrie à travers le monde ?

Börje : Au cours des dernières décennies, les organisations se sont concentrées sur des changements progressifs et sur l’amélioration de l’efficacité opérationnelle courante. Je pense que cette initiative a atteint son objectif. Une transformation beaucoup plus fondamentale sera nécessaire, basée sur l’utilisation des technologies émergentes d’une manière complètement nouvelle. Cela impliquera la numérisation de la production et la réingénierie de l’ensemble des processus.

Autrefois, les entreprises devaient faire un choix entre une connectivité fixe plus fiable mais restrictive et une connectivité sans fil moins performante. Aujourd’hui, nous n’avons pas besoin de faire ce compromis entre agilité et performance. Une connectivité sans fil performante et économe en énergie sera déterminante dans la numérisation des entreprises et aura un impact similaire à celui de la connectivité sans fil dans l’expérience client.

Aiman : Nous avons inventé le terme « Intelligent Industry » pour décrire la prochaine génération de transformation numérique. L’industrie intelligente vise à favoriser les synergies entre les mondes du numérique et de l’ingénierie pour aider les entreprises à créer des produits, des opérations et des services intelligents, à grande échelle. L’Industrie Intelligente rassemble l’ingénierie, l’informatique et le numérique et permet ainsi la convergence des mondes physique et virtuel.
Nous pouvons, par exemple, désormais intégrer une usine physique avec son jumeau numérique et utiliser les données des capteurs, l’apprentissage automatique, la réalité virtuelle et les technologies basées sur le cloud pour améliorer l’efficacité de la production et imaginer de nouveaux produits et services. [1]

Les développements et la demande sans précédent pour un certain nombre de technologies aident les industries à se redéfinir. Elles créent désormais des chaînes de valeur intelligentes et développent de nouveaux écosystèmes, tels que la mobilité, les villes intelligentes et les soins de santé connectés. Cela permettra aux organisations de transformer leurs produits et les processus qu’elles utilisent pour fournir ces produits. De plus, ces entreprises pourront accompagner ces produits d’une gamme de nouveaux services basés sur les données.

LE RÔLE DE LA 5G

Quel est le rôle de la 5G dans la transition vers cette prochaine phase de transformation ?

 Börje : Je pense que la 5G est essentielle, mais ce n’est pas seulement la 5G ; c’est la convergence des technologies cloud, du big data, de l’intelligence artificielle (IA), de l’IoT et de la 5G à un moment critique. La 5G est comme une plateforme horizontale qui permet aux entreprises d’innover encore plus. La vitesse et les caractéristiques de performance de la 5G constituent la base de cette nouvelle ère de transformation. Cette transformation ne se produirait pas si l’on supprimait la connectivité 5G ; de même, cela n’arriverait pas si l’on supprimait le cloud, il y a donc plus d’un élément vital.

Aiman : La 5G est un catalyseur clé dans la conduite de l’industrie intelligente. Les communications massives des machines et l’ultra-fiabilité fournie par la 5G permettent aux industries d’accélérer la numérisation de leurs processus de base, à grande échelle. Aujourd’hui, la 5G permet diverses applications, telles que la surveillance à distance, l’inspection vidéo, la maintenance prédictive, les AGV (véhicules à guidage automatique) et les cobots (robots collaboratifs conçus pour l’interaction humaine directe). Elle permet également aux organisations d’apprendre de leurs données, maximisant ainsi les performances et créant une réelle valeur commerciale.

Quels sont les cas d’utilisation de la 5G les plus prometteurs dans le monde industriel ?

Börje : Dans la fabrication, la connectivité transparente et omniprésente fournie par la 5G permet un niveau d’automatisation différent, améliorant la productivité. Nous commençons par exemple à voir des usines entièrement gérées à distance. Les drones sont un autre domaine où je vois un potentiel important. La connectivité sans fil change la façon dont nous effectuons les inspections et gérons la sécurité. Le secteur minier utilise des réseaux sans fil pour connecter toutes les machines qu’il utilise, non seulement pour augmenter la productivité, mais aussi pour améliorer la sécurité. Il y a des améliorations significatives de la capacité de forage et une réduction des décès et des blessures. Dans les ports, il est désormais possible de suivre chaque conteneur.

Qu’est-ce qui doit changer pour accélérer l’adoption de la 5G au sein des organisations industrielles ?

Börje : Les entreprises de télécommunications doivent jouer un rôle actif dans la démonstration des avantages de la 5G au sein de l’environnement client. Elles devraient également développer et mettre à disposition un portefeuille de solutions pour répondre à chacun des différents scénarios de déploiement de réseau. Les entreprises de services ont également un rôle à jouer en fournissant une expertise spécifique à l’industrie, en proposant des solutions de connectivité adaptées aux besoins des clients. Nous travaillons ensemble pour apporter cette puissance de connectivité aux entreprises.

Aiman : Parmi les organisations industrielles, les premiers utilisateurs de la 5G affirment avoir déjà atteint une plus grande efficacité opérationnelle. Malgré ces résultats positifs, nos recherches montrent qu’une adoption industrielle de la 5G est toujours en développement, avec seulement 30 % ayant atteint les étapes pilote et de mise en œuvre. [2] Des défis tels que le manque d’appareils 5G, les difficultés à identifier les cas d’utilisation les plus appropriés et à accéder à des solutions spécifiques sont des obstacles à l’adoption de la 5G. Si elles souhaitent tirer pleinement parti de ces opportunités, les organisations industrielles doivent avoir une compréhension claire des capacités de la 5G et élaborer un business case pour son adoption dès que possible. Ce business case doit être suivie d’une feuille de route pluriannuelle intégrant un plan de déploiement du réseau, le lancement de nouvelles applications et la migration des applications existantes. Elles peuvent également travailler activement avec d’autres acteurs de l’écosystème, notamment des entreprises de télécommunications, des fournisseurs de services et des startups.

OPÉRATIONS ET SERVICES INTELLIGENTS

Pourriez-vous partager quelques bonnes pratiques et enseignements tirés de l’usine de fabrication d’Ericsson à Tallinn, en Estonie, ou de l’usine intelligente 5G de Lewisville, au Texas ?

Börje : Nous vivons dans un monde où la fabrication se fait à l’étranger et les produits sont ensuite expédiés aux consommateurs. Mais, en intégrant la fabrication aux nouvelles technologies, nous pouvons nous rapprocher du consommateur final et favoriser ainsi l’efficacité ; il est beaucoup plus facile de transporter des composants que d’expédier des produits finis. Lorsque nous avons annoncé le plan de notre usine de Lewisville en 2019, l’idée était d’être plus proche de nos consommateurs finaux, les opérateurs aux États-Unis. Cette usine est désormais reconnue comme un « phare mondial » par le Forum économique mondial, sur la base des technologies déployées et de l’impact qu’elles ont eu. [3]

Qu’avons-nous fait là-bas ? Nous utilisons toutes les dernières technologies de communication. Nous avons investi dans les AGV, les jumeaux numériques et la réalité augmentée (AR) pour améliorer les opérations. Les leçons tirées de cette opération d’usine ont également une signification plus large pour les entreprises de fabrication : elles doivent repenser leurs visions sur la fabrication.

Quels sont les nouveaux modèles de service ou d’affaires que vous voyez émerger dans les années à venir ?

Börje : Je pense que cela reste à définir. Mais tout comme les modèles de partage et de location deviennent répandus dans le monde B2C, nous pourrions commencer à voir plus de modèles « as-a-Service » dans l’environnement B2B. Le cloud est déjà livré de cette manière, mais d’autres produits, qu’il s’agisse de machines ou de pièces, seront également davantage vendus via un modèle de service. C’est déjà le cas pour les moteurs à réaction, les compresseurs d’air et les systèmes d’éclairage intelligents. Ce modèle profite aux clients, car ils peuvent utiliser un produit pour une fraction de l’investissement initial requis pour l’acheter. Les fabricants peuvent continuer à proposer des améliorations au produit en proposant des mises à jour logicielles aux clients. Mais la pérennité de ces modèles économiques ne dépend que des avantages générés, et tout revient à la question de savoir comment vous créez de la valeur pour le consommateur final. Cependant, je pense que les modèles de partage vont devenir plus importants à l’avenir.

Aiman : Avec le développement rapide de l’IoT, du cloud, de l’IA et de la 5G, la « servitisation » est définitivement à l’ordre du jour. Les grandes quantités de données que les organisations sont capables de collecter et d’analyser, complétées par les données qu’elles partagent avec leurs partenaires de l’écosystème, signifient qu’elles sont mieux placées pour offrir leurs services basés sur les données associés aux produits. Ce passage de « produit » à « produit + services » ouvrira de nouvelles opportunités de revenus pour les organisations. Dans le même temps, les organisations auront encore plus besoin de s’assurer que les attentes des clients sont satisfaites. Par exemple, si une organisation utilise une plateforme Robotics-as-a-Service pour ses opérations d’entrepôt, elle s’attendra à ce que le service offre une productivité plus élevée, car le fabricant de ces robots a les moyens de surveiller ces robots et d’aborder de manière proactive les potentiels problèmes de maintenance et de performance.

RÉDUIRE L’ÉCART DE COMPÉTENCES

Comment cette nouvelle phase de transformation redéfinit-elle les compétences dont les employés ont besoin ? Les organisations seront-elles en mesure de combler le déficit de compétences ?

Börje : Il s’agit d’un aspect crucial de la transformation numérique et il existe un grand manque de compétences. Le consensus au sein de notre entreprise est de porter les investissements au niveau requis pour garantir que nous avons les bonnes compétences pour l’avenir. Les compétences requises pour un opérateur dans le nouvel environnement de travail seront très différentes de celles d’une personne travaillant dans une usine il y a quelques années. Nous devons nous assurer que le changement de compétences fait partie de nos OKR (objectifs et résultats clés), et nous devons avoir des plans clairs pour les exécuter en comprenant la valeur qu’ils apportent, aux individus, aux dirigeants et à l’entreprise. Il est également nécessaire d’investir dans le système éducatif pour doter le marché de nouvelles capacités à long terme.

Aiman : Comme Börje l’a mentionné, il y a un manque de talents sur le marché aujourd’hui. Les organisations se tournent vers des initiatives de perfectionnement qui non seulement renforcent le moral des employés, mais se traduisent également par des économies à long terme. Elles doivent examiner leurs investissements technologiques et évaluer leur impact sur la main-d’œuvre ; identifier les compétences qui seront demandées ; et élaborer un plan d’apprentissage pour répondre à cette demande. Cependant, il reste encore beaucoup de travail à faire dans tous les secteurs pour améliorer les compétences. Chez Capgemini, nous requalifions des personnes tous les 18 mois en moyenne et nous augmentons le nombre de jours de formation par personne.

DURABILITÉ GRÂCE A LA TECHNOLOGIE

Comment la technologie peut-elle aider les efforts d’une organisation en matière de développement durable ? Pouvez-vous partager certaines des meilleures pratiques de votre organisation concernant les programmes de développement durable ?

Börje : Le plus gros problème auquel le monde est confronté est la crise climatique. Chez Ericsson, nous avons annoncé que nous devrions être neutres en carbone dans nos opérations d’ici 2030. Mais je nous mets au défi de battre cela. Nous avons réduit notre empreinte carbone de 70 % au cours de la dernière décennie. Mais, compte tenu de ce que nous savons aujourd’hui, nous pouvons faire plus, plus vite.

Notre usine 5G à Lewisville est désormais alimentée à 100 % par de l’électricité renouvelable, en partie à partir de l’énergie solaire sur site, mais nous achetons également de l’électricité renouvelable certifiée auprès du réseau de distribution. Il s’agit d’utiliser autant d’énergie renouvelable que possible et de penser à l’efficacité que nous pouvons produire. Deuxièmement, nous utilisons ici 25 % d’énergie en moins que dans nos autres usines. Il est clair que les nouvelles technologies stimulent non seulement la productivité du travail, mais aussi la productivité énergétique. Nous avons réduit la consommation d’eau intérieure de 75 %. Ces éléments sont importants pour favoriser la durabilité.

Nous investissons également beaucoup pour rendre nos propres produits plus économes en énergie. Nous appelons cela « casser la courbe énergétique ». Chaque génération mobile dans le passé a augmenté la consommation d’énergie. Avec la 5G, nous pensons être arrivés au point où nous pouvons répondre à l’augmentation probable de la demande de données sans consommer plus d’énergie.

Aiman : Chez Capgemini, nous nous engageons à devenir une entreprise « net zero » et neutre en carbone d’ici 2025. Et en tant qu’organisation connectée à de grands acteurs, nous pouvons avoir un impact très fort bien au-delà de notre entreprise. Pour parvenir à un avenir durable, la collaboration avec les clients, les fournisseurs et les autres parties prenantes est indispensable. Nous avons les offres les plus ambitieuses du marché qui peuvent aider nos clients à réduire leurs émissions de carbone. Par exemple, nous avons construit une plateforme utilisant le cloud et l’IA pour les scientifiques européens, les autorités publiques et les représentants de l’industrie afin de mieux explorer les informations des satellites de l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Cette plateforme examine des indicateurs tels que la qualité de l’air et la propagation de la déforestation, et facilite la prise de décision en temps quasi-réel. Elle contient de multiples applications, de l’analyse des récoltes de riz à la prévision de la production d’énergie propre ou à la surveillance des catastrophes naturelles telles que les inondations. [4] Aujourd’hui, les organisations sont définitivement conscientes de la nécessité d’être durables, et que la technologie est un catalyseur clé.

PERSPECTIVES

À quoi ressemble l’évolution vers la 6G et quelles autres innovations technologiques la 6G permettra-t-elle ?

Börje : Nous pensons qu’il y a quelques demandes que la 6G essaie de satisfaire. Nous appelons la première « internet des sens », où nous verrons une synchronisation très étroite entre le monde physique et sa représentation numérique, conduisant à une expérience physique immersive. La téléprésence, par exemple, est l’une de ces applications où vous pouvez découvrir le monde physique à distance avec une fidélité réaliste. Cela signifie que les utilisateurs peuvent interagir avec des répliques numériques d’autres utilisateurs ou objets à l’aide d’interactions multisensorielles, prolongeant l’expérience audiovisuelle avec des expériences haptiques [transmettant des informations par le toucher] ou olfactives. Imaginez la capacité de sentir le tissu pendant que vous achetez des vêtements. Vous pourriez également voir cela s’étendre aux expériences sportives immersives.

La deuxième demande que sert la 6G est la connexion de machines intelligentes, permettant une interaction étroite entre les machines virtuelles et réelles ; par exemple, des robots interactifs que vous pouvez configurer et avec lesquels interagir. La e-santé sera également importante. Nous allons voir émerger de toutes nouvelles façons de suivre notre santé.

La 6G va nous permettre de construire un monde connecté durablement. Alors que la 5G nous permet déjà de faire certaines de ces choses, la 6G rendra ces choses monumentalement meilleures.

 

[1] Capgemini, “See benefits of building digital twin of your factory with Capgemini,” Août 2021.

[2] Capgemini Research Institute, “Accelerating the 5G Industrial Revolution: State of 5G and edge in industrial operations,” Juin 2021.

[3] Ericsson, “Ericsson USA 5G Smart Factory recognized as ‘Global Lighthouse’ by the World Economic Forum,” Mars 2021.

[4] Capgemini, “Capgemini takes a stance against climate change by developing tools to better understand our planet,” Janvier  2020.

N’oubliez pas  de vous abonner pour recevoir en avant-première les nouveaux rapports du Capgemini Research Institute

Découvrir les autres articles de cette édition

Cookies

En continuant à naviguer sur le site web, vous acceptez l'utilisation des cookies

Fermer

Fermer les informations cookies